Oui, on tâtonne toutes un peu pour mener de front nos deux vies : celle d’avocate et celle de maman. Personnellement, je n’ai pas encore trouvé la recette miracle. Alors, je cherche des solutions, je m’organise, je travaille beaucoup à trouver cet équilibre et quand il me reste du temps, je lis encore sur la question !

Aujourd’hui, j’aimerais ainsi partager avec vous les grandes lignes d’un article de Julie Stauffer intitulé « Successfully Juggling Work and Family : Tips for Lawyers » et publié sur le site de l’Association du barreau canadien.

Avec les femmes de plus en plus présentes dans la profession et de plus en plus d’hommes désireux d’être des pères impliqués, concilier travail et famille est une question brûlante pour tous les avocats. Beaucoup d’encre coule à ce sujet et beaucoup d’efforts sont investis pour tenter de sensibiliser nos pairs!

Dans son article, Mme Stauffer donne six conseils pour les juristes qui veulent concilier travail famille :

Être organisé

L’avocat canadien moyen travaille environ 50 heures par semaine et les objectifs d’heures facturables ne cessent d’augmenter. Par conséquent, lorsque vous ajoutez des enfants à la recette, il est clair que l’organisation est primordiale, tant au travail qu’à la maison. L’efficacité est la clé et cela implique déléguer du travail, prioriser les tâches, mettre l’emphase sur le travaille facturable et… manger un sandwich à votre bureau ! Et peu importe comment votre horaire est chargé au travail, votre temps de repos ne commence pas quand vous quittez le bureau ! Certains diront que les trois heures passées entre le départ du bureau, le repas, les devoirs, le bain et le coucher des enfants font paraître les neuf heures passées au bureau comme une promenade au parc !!

Avoir un plan B

Le défi de combiner une carrière juridique avec la famille ne se résume pas seulement aux heures de travail que l’on prévoit faire, car à cela s’ajoute le caractère imprévisible de ces heures, l’espoir d’être disponible les soirs, les week-ends et pour certains, le besoin de voyager par affaires. Donc si un dossier vous oblige à travailler tard au bureau, vous aurez besoin de quelqu’un pour les enfants. Même chose si votre enfant se réveille avec de la fièvre le matin ou que votre nounou décide d’arrêter de fumer, vous devez être en mesure d’appeler des renforts !

Faire usage de la technologie

Une quantité énorme de travail peut être accomplie à l’extérieur du bureau grâce aux ordinateurs portables, courriels, messageries vocales, blackberries. Donc que vous soyez en attente chez le médecin, à la maison avec un enfant malade, en rattrapage de travail à la fin de la soirée ou que vous restez « branché(e) » pendant un congé parental, ces outils sont indispensables. Cependant, il faut se fixer des limites car la technologie rend facile l’empiètement du travail sur le temps de famille.

Privilégier des relations d’entraide

Un conjoint qui apporte du soutien et qui comprend les exigences de notre travail fait toute la différence. La vie familiale doit être un travail d’équipe. Une communication ouverte et honnête est cruciale. Il peut être tentant de travailler tard et de laisser le conjoint prendre la relève à la maison mais il importe que chacun respecte les charges et contraintes de l’autre. Un parent unique doit d’autant plus avoir un réseau de soutien solide sur lequel compter, amis famille qui peuvent intervenir en situation d’urgence, afin de réduire considérablement la charge de stress.

Réserver du temps pour nous-mêmes

Avec toute cette jonglerie, nos propres besoins sont souvent sacrifiés. Il est facile de tomber dans le piège et de ne rien faire d’autre que travailler, dormir et de s’occuper des enfants. Mais sur le long terme, c’est une recette pour épuisement professionnel. Il faut s’assurer de se tailler quelques heures dans la semaine pour de l’exercice, des loisirs, du temps de qualité en couple, etc.

Garder nos attentes réalistes

Il n’y pas d’équilibre parfait. Et il ne faut pas se laisser tromper par le mythe de l’avocate « supermom » qui facture 200 heures par mois et qui a encore beaucoup de temps à passer avec ses enfants ! Il n’y a, en réalité, que 24 heures par jour, et cela signifie que nous sommes tous obligés de faire des compromis.

Avoir des enfants change nos priorités… et souvent nos enfants nous font réaliser que le travail n’est pas l’alpha et l’oméga de notre vie… « Je suis une maman maintenant. J’avais l’habitude d’être une avocate, mais maintenant je suis une maman qui pratique le droit. J’aime être avec mes enfants et j’adore ma pratique… et j’aime que les choses soient assez flexibles pour me permettre de faire les deux », résume l’avocate Mason.

Voici la recette de Mme Stauffer… à nous de l’essayer !