Nathalie Masson, directrice de l’Institut Grasset Source : LinkedIn
Nathalie Masson, directrice de l’Institut Grasset Source : LinkedIn

Elle sera intégrée à l’Institut Grasset.

Voilà une nouvelle qui pourrait bien aider la profession à être mieux connue, alors qu’elle souffre (comme beaucoup d’autres) d’une pénurie de main-d’œuvre.

« Nous savons que la profession de sténographe officiel est là pour rester, et présentement les besoins sont criants partout au Québec », explique Nathalie Masson, directrice de l’Institut Grasset.

Les sténographes, qui enregistrent et retranscrivent les échanges qui ont lieu dans les salles d’audience, ont souvent le statut de travailleurs autonomes et touchent un salaire d’environ 50 000 dollars par année.

« C'est un métier qui permet une grande flexibilité, ainsi que de faire du télétravail », ajoute Mme Masson.

Selon Éducaloi, les principales qualités de ces officiers de justice sont l’excellente maîtrise du français, une bonne capacité de concentration, une bonne dextérité, de la rigueur, de la résistance au stress, de la ponctualité, et une ouïe en santé.

Alors si vous n’avez pas trop assisté à des shows de heavy metal (sans bouchons d’oreilles) dernièrement, que vous trippez sur la grammaire et l’orthographe, et que vous tapez aussi vite que Sydney Crosby patine derrière une rondelle, vous avez jusqu’au 27 mai pour faire votre demande d’admission.