L'équipe de Fasken Martineau, avec la capitaine Me Stéphanie Lavallée à gauche
L'équipe de Fasken Martineau, avec la capitaine Me Stéphanie Lavallée à gauche
Le cabinet Belleau Lapointe avait invité les représentants de grands cabinets qui lui refilent souvent des dossiers où ils se trouvent en situation de conflit d’intérêts, à une célébration originale à la Guilde culinaire pour célébrer son dixième anniversaire.

Ainsi ces avocats «adversaires et clients», pour citer Me Benoit Lapointe, ont du se mesurer en équipe dans une compétition où ils devaient créer les bouchées les plus savoureuses et originales.

Après quelques conseils sur des techniques de base en cuisine, le chef Jonathan Garnier a soumis les chefs d’équipe à un petit test au cours duquel, ils devaient identifier des herbes et épices en fonction de leur parfum. Les résultats de l’épreuve déterminaient l’ordre dans lequel ils allaient pouvoir choisir l’ingrédient imposé qu’ils devraient absolument intégrer dans leur recette. Pesto, moutarde de Dijon, cari vert, huile de sésame ou paprika piquant pour n’en nommer que quelques uns.

Pilotée par Me Stéphanie Lavallée, l’équipe Fasken Martineau a enlevé l’épreuve haut-la-main et bénéficié de la première main. Du lait de coco.

S’en est suivi le choix des autres ingrédients par les 10 quatuors; jambon serrano, pancetta, chorizo, saumon fumé, légumes et autres herbes et épices.

Puis s’est ébranlée la compétition devant durer 45 minutes.

Les avocats ont redoublé d'efforts pour préparer leurs petites bouchées
Les avocats ont redoublé d'efforts pour préparer leurs petites bouchées
Tôt, des leaders sont apparus naturellement dans certaines équipes, alors que d’autres ont préféré commencer en se servant un verre de vin, l’air de se demander ce qu’ils allaient bien faire…

Un peu comme l’équipe de chez Fraser Milner Casgrain et sa capitaine Me Katherine Peacocke, où l’on trinquait en avouant ne pas posséder la génétique du grand Bocuse. Pour preuve, on arrivait mal à expliquer, 20 minutes de la fin, ce qu’on présenterait comme bouchée. Et pourtant, avec son crouton nappé de tomates concassées au vinaigre balsamique, surmonté d’une petite roulade de serrano et vieux cheddar, ils ont réussi à convaincre le chef Garnier de leur accorder une honorable troisième position!

Aux casseroles pour son équipe, Me Georges Hendy de chez Osler, Hoskin et Harcourt, était assez calme tout en faisant sauter les champignons qui allaient faire partie de ses bouchées de chorizo, champignons, noix et gelée de canneberge.

«À qui est ce verre de vin», a-t-il même lancé en désignant le verre de blanc de sa rivale de chez Fasken qui traînait sur le comptoir, avant de s’en saisir pour déglacer ses champignons, sans attendre la moindre approbation.

L'équipe de Belleau Lapointe avec Me Daniel Belleau tout à droite et Me Maxime Nasr à sa gauche
L'équipe de Belleau Lapointe avec Me Daniel Belleau tout à droite et Me Maxime Nasr à sa gauche
Dans l’équipe de Me Michel Turcot, de chez Legault Joly Thiffault, on faisait dans la flagornerie, puisqu’on a choisi de baptiser sa recette de portobellos farcis de chorizo haché, de vieux cheddar et de moutarde de Dijon, les «Belleau à la dijonnaise». Confiants et au-dessus de ses affaires 10 minutes avant la fin de l’épreuve, leur œuvre complétée, ils affirmaient que leurs bouchées était si bonnes qu’ils auraient pu les vendre. Et en effet, savoureuses, elles leur ont valu le deuxième rang.

Le premier est allé à l’une des deux équipes de chez Heenan Blaikie, menée par Me Dominique Ménard, où l’on était très fier des «crostinis au chèvre et sa compote d’oignons», qui ont séduit le chef Garnier.

Quant aux deux équipes hôtesses, de chez Belleau Lapointe, on y a bien travaillé, produit de savoureuses bouchées, mais on a dû se résigner à être polis et laisser l’avant scène aux invités. Peut-être la faute à une légère surdose de cari dans la recette de l’équipe de Me Lapointe...