Louis Béland travaille depuis près de deux ans pour la minière Rio Tinto
Louis Béland travaille depuis près de deux ans pour la minière Rio Tinto
C’est ce qu’a affirmé l’avocat Louis Béland à la trentaine d’étudiants de McGill venus l’écouter hier, dans le cadre de la conférence «Travailler comme conseiller juridique dans une compagnie minière multinationale ».

Parcours

L’avocat de 32 ans travaille depuis près de deux ans pour la minière transnationale Rio Tinto, au sein du groupe de pratique de fer et de diamants au Canada. Auparavant, il a pratiqué plus de six ans chez McCarthy Tétrault, où il se spécialisait en valeurs mobilières et en droit commercial.

Lorsqu’il a fait le saut en entreprise, Me Béland a été appelé à gérer une gamme beaucoup plus large de dossiers : soutien des opérations commerciales et règlementaires, droit du travail, résolution de conflits...

« j’aime ce que je fais et j’’ai l’impression d’être un avocat beaucoup plus complet aujourd’hui », raconte celui qui a appris son droit sur les bancs de McGill, 10 ans plus tôt.

Les atouts nécessaires

S’adressant aux futurs diplômés, Me Béland a insisté sur l’importance de comprendre le jargon et les détails techniques de l’exploitation minière. « C’est un atout essentiel », a-t-il martelé tout au long de la conférence.

Image
Un avocat doit être investi dans les activités de la mine, une entreprise qui s’impose dans l’environnement d’une communauté pour des dizaines d’années.

« Il ne faut pas se contenter de faire signer des ententes, il faut constamment maintenir le dialogue avec tous les partis concernés », précise-t-il. Il suffit d’un incident pour que la perception de la mine par les habitants des environs change, d’où l’importance de garder un bon contact avec ceux-ci.

Plus de cas concrets, demandent les étudiants

Les conflits juridiques et les enjeux avec les communautés, c’est ce que voulaient vraiment entendre les étudiants venus assister à la conférence.

Alors que plusieurs d’entre eux caressent l’ambition de travailler pour une entreprise telle que Rio Tinto, plusieurs auraient souhaité recevoir davantage d’exemples concrets.

À partir de la gauche: Jared Hautamaki, Francis Lord, Juan Pinto et Alex Sauveplane étaient parmi les étudiants en droit présents à la conférence de Me Béland.
À partir de la gauche: Jared Hautamaki, Francis Lord, Juan Pinto et Alex Sauveplane étaient parmi les étudiants en droit présents à la conférence de Me Béland.
« J’aurais aimé en apprendre un peu plus sur les réels enjeux auxquels sont confrontés les avocats en entreprise », lance Juan Pinto, un étudiant au Doctorat en droit.

Alex Sauveplane, étudiant au LLB, est grandement intéressé par une carrière dans le secteur des ressources naturelles. C’est une bonne chose pour les étudiants que des professionnels viennent témoigner de leur expérience, soutient-il.

« Il aurait été souhaitable aujourd’hui d’avoir plus de détails sur les manœuvres juridiques dont disposent les avocats en entreprise, des points plus précis pour nous faire réfléchir au métier », souligne M. Sauveplane.

MM. Sauveplane et Pinto espèrent néanmoins avoir la chance d’écouter plus souvent des avocats tels que Me Béland, pour les éclairer sur ce monde parfois méconnu du droit en entreprise.