Québécois à l'étranger

La Loi du dragon

Main image

Rene Lewandowski

2007-04-05 10:01:00

Le Montréalais Jérôme Beaugrand-Champagne, 30 ans, a toujours su qu'il deviendrait avocat un jour. Mais il croyait qu'il exercerait sa profession au Québec. Tout cela a changé le jour où il a foulé pour la première fois le sol de Shanghai, en 1995, alors qu'il n'avait que 19 ans. "J'ai eu le coup de foudre", dit-il.

À son retour à Montréal, sa décision est prise: c'est en Chine qu'il amorcera sa carrière d'avocat. Il s'inscrit, le soir, à des cours de mandarin, termine son barreau au Québec, puis obtient, en 1999, une bourse du gouvernement canadien lui permettant d'aller étudier à l'Université du peuple, à Pékin. Il en ressort deux ans plus tard avec un diplôme d'études supérieures en droit économique chinois!

Depuis 2002, Jérôme Beaugrand-Champagne est conseiller juridique au Hao Tian Law Office, un des plus grands cabinets de Pékin, qui emploie 120 avocats. "Mes collègues sont tous chinois!" dit celui qui parle aujourd'hui couramment le mandarin.

En Chine, les salaires sont bas. Mais pas pour les avocats. "On gagne plus qu'à Montréal!" Le jeune juriste a aussi eu l'occasion de travailler très vite sur de gros dossiers, alors qu'il faut souvent des années de pratique au Canada avant de pouvoir traiter avec les patrons des sociétés importantes. Ainsi, il conseille déjà les grandes entreprises étrangères dans leurs investissements en Chine: des compagnies minières, des banques, mais également des sociétés de produits de luxe, comme Gucci. Il les aide à lutter contre le piratage et la contrefaçon, ce qui n'est pas facile, car cette dernière est perçue en Chine comme un moyen de créer de l'emploi. "La façon de régler les litiges passe bien plus souvent par les contacts établis auprès des gouvernements que par les tribunaux", explique l'avocat.

Bien sûr, admet-il, le droit chinois n'a été rétabli qu'au début des années 1980 et certains de ses aspects restent incompréhensibles aux Occidentaux. Mais depuis son entrée dans l'Organisation mondiale du commerce, en 2001, la Chine a dû instaurer des réformes. Même si l'application des lois laisse encore à désirer, le système judiciaire s'améliore de jour en jour. Ainsi, des entreprises étrangères comme Ikea, DuPont, L'Oréal ont récemment obtenu gain de cause devant les tribunaux chinois - une première.

De ses origines québécoises, Jérôme Beaugrand-Champagne dit qu'elles constituent un atout important, surtout qu'il doit souvent négocier avec des clients européens ou américains. "Ma biculturalité me permet de mieux comprendre ces deux cultures et de m'y fondre plus facilement."

L'an dernier, l'avocat s'est aussi transformé en homme d'affaires. Avec un ami, il a acquis les droits pour la Chine du franchiseur québécois Fruits & Passion. Un premier magasin a ouvert à Pékin en septembre 2005 et, bien que le commerce ne soit pas encore rentable, le plan prévoit l'ouverture de 70 à 80 boutiques d'ici 8 à 10 ans. En espérant que les Chinois apprécieront les fragrances québécoises...text
88068

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires