Reportages

Les humanitaires du droit

Main image

Nicholas Teasdale

2010-07-08 15:00:00

Tout le monde est tenté un jour par l’aventure humanitaire, mais peu se lancent. Le journaliste Nicholas Teasdale a recueilli le témoignage de deux juristes plongés au cœur des vrais conflits.

Mélinda Madueno et Hugues Surprenant (en photo) ont une passion en commun : le voyage humanitaire.

Les deux se sont rendus plus d’une fois en Haïti.

Récemment, ils ont assisté les Haïtiens dans leur processus de reconstruction après le tremblement de terre qui a secoué le pays.

Mélinda Madueno est une professionnelle de l’aide humanitaire.

L’agente de projet pour Haïti d’Avocats sans frontières prépare le terrain aux avocats qui iront cet automne donner un coup de main à un pays qui en a bien besoin.

« Nous développons un nouveau projet suite au tremblement de terre. En parlant aux gens sur le terrain, nous avons réalisé que les Haïtiens ont besoin d’une aide légale de première ligne. Ça veut dire aller dans les camps et fournir de l’aide pour les actes de décès, les droits de propriété et différents papiers légaux qui ont été perdus dans le tremblement de terre », dit-elle.

Avocats sans frontière assiste aussi les avocats locaux dans leur volonté d’aider leurs compatriotes à faire valoir leurs droits.

« Nous travaillons en collaboration avec le Barreau de Port-au-Prince pour leur fournir de l’assistance institutionnelle et des allocations pour les avocats locaux qui ont perdu leur travail et qui aident bénévolement les gens, notamment dans une antenne au parquet de Port-au-Prince », dit Mélinda Madueno.

La juriste, qui a obtenu une maîtrise en droit international à l’UQAM en 2003, a effectué plusieurs voyages de travail humanitaire par le passé.

C’est cependant le voyage le plus marquant qu’elle ait effectué :

« J’y suis allée en février, juste après le tremblement de terre. Il y avait encore des secousses. C’était choquant de voir toute cette destruction. Ça semblait énorme à la télévision, mais c’était encore pire en vrai. Entendre les gens, directement, parler de ce qu’ils ont vécu, c,’est aussi très difficile. Mon deuxième voyage, début mai, m’a montré à quel point il y a du travail à faire : les gens reviennent chez eux et il n’y a rien pour les accueillir. La vie a repris son cours, mais les conditions sont horribles.»

Délaisser la pratique traditionnelle

Hugues Surprenant, criminaliste et chargé de cours à l’UQAM, a également été marqué par son dernier voyage en Haïti.

À ses premiers voyages en 2006 et en 2008, il s’est rendu à Port-au-Prince et au Cap-Haïtien pour donner des formations sur les garanties procédurales.

Cette fois-ci, il travaillait avec une ONG locale, l’International Senior Lawyers Project à Jacmel , une ville du sud-est très proche de l’épicentre du séisme.

« La sécurité s’est améliorée, mais les gens sont laissés à eux-mêmes. Certains édifices sont en crêpe et la moitié des édifices debout sont condamnés. Alors on fait ce qu’on peut, mais c’est difficile », concède Me Surprenant, qui y était pour former les avocats locaux dans la tenue de dossier et la rédaction de requêtes.

Pourquoi partir, quand on a une pratique privée qui fonctionne bien?

« En fait, je n’y pense plus, ça devient naturel pour moi. J’aime voyager, enseigner, découvrir d’autres cultures et aider les gens. C’est très valorisant. Quand on revient, ça nous donne un peu de perspective. Maintenant j’entre à la cour avec le sourire, même quand j’ai des dossiers complexes », énumère Hugues Surprenant, admis au Barreau en 2002.

Qui peut partir ?

À tous les avocats qui souhaiteraient aider leurs confrères haïtiens, les deux voyageurs conseillent de se préparer à une expérience intense, voire difficile.

« Beaucoup de bâtiments sont détruits. On travaille sans arrêt et ce n’est pas évident. En plus, il faut se rendre compte qu’on ne peut pas tout changer en deux ou trois semaines. Par contre, ce sont de belles rencontres. Nous apprenons d’eux et ils apprennent de nous. Seulement par notre présence, nous les encourageons », estime Me Hugues Surprenant.

imge #4171

Hugues Surprenant en mission
25440

17 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Me censuré!
    Me tu as posté un message mais le modérateur t'as censuré.

    On attendait ton commentaire hautain, insultant ou dénigrant.

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Re : Me censuré!
    svp arrêter d'accorder de l'importance des commentaires de Me...

    > Me tu as posté un message mais le modérateur t'as censuré.
    >
    > On attendait ton commentaire hautain, insultant ou dénigrant.

  3. DSG
    Things that make you go Hmm!
    Let me see if I got this right. These do-gooders from UQAM are in Haiti not to assist in delivering food, medical supplies or helping in the physical reconstruction, but rather they are there to provide legal services to people that lost almost all their material possessions! Hmm...

    Judging from the picture, perhaps they don’t want to dirty their suits.

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Re : Things that make you go Hmm!
    > Let me see if I got this right. These do-gooders from UQAM are in Haiti not to assist in delivering food, medical supplies or helping in the physical reconstruction, but rather they are there to provide legal services to people that lost almost all their material possessions! Hmm...
    >
    > Judging from the picture, perhaps they don’t want to dirty their suits.



    At least they're in Haiti trying to help out somehow. You probably think you're a great individual when you give 50 bucks to a charity. Try something proactive for once - get involved and perhaps you wouldn't write the stupid comments anymore.

  5. Me
    Me
    DSG est un crétin de première, mais je préfère cela à quiconque utilise des mots comme "proactif".

  6. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Re : Things that make you go Hmm!

    What is wrong with you. Do you think you are any better? what do YOU do to help ? If you don't have anything constructive to say, then shut it up and go back to you golden prison.


    > Let me see if I got this right. These do-gooders from UQAM are in Haiti not to assist in delivering food, medical supplies or helping in the physical reconstruction, but rather they are there to provide legal services to people that lost almost all their material possessions! Hmm...
    >
    > Judging from the picture, perhaps they don’t want to dirty their suits.

  7. Me
    Me
    > Judging from the picture, perhaps they don’t want to dirty their suits.

    Is suits all that you own in your wardrobe?

  8. DSG
    What do I do?
    Whatever I do, I don't boast about it on this site as some sort of self-gratification. And what I do is actually usefull.

    As for you, Me, suits is not all I have in my wardrobe, meaning that if I were to go to a devastated country, I wouldn't wear a suit unless I wasn't expecting to get dirty by helping out, which is the point of my comment, you idiot.

  9. Me
    Me
    >>>>>>>> As for you, Me, suits is not all I have in my wardrobe, meaning that if I were to go to a devastated country, I wouldn't wear a suit unless I wasn't expecting to get dirty by helping out, which is the point of my comment, you idiot.


    They're meeting a bunch of lawyers. And a bunch of lawyers, even if they're in a destroyed country, deserve some respect, so you meet them wearing a suit. What is wrong with that?

    They're wearing a suit on a photo. Does that tell you they were in suits during their entire stay there? Maybe they were in aprons or in construction wear other days. That, we don't know. You're drawing conclusions based on one single photo. Who's the idiot?

  10. Me
    Me
    >>>>> As for you, Me, suits is not all I have in my wardrobe, meaning that if I were to go to a devastated country, I wouldn't wear a suit unless I wasn't expecting to get dirty by helping out, which is the point of my comment, you idiot.

    No matter where I go, even if it'd had to be devastated country, I always bring at least one suit.

    You never know, if it's 35 degrees in Amsterdam and shorts are the way to go perhaps one night you have to see a classical concert. If you are in Haiti, perhaps sometime you have to meet some lawyers and some judges. The country is stripped of some structures, not of its dignity.

  11. Slackeur professionnel
    Slackeur professionnel
    il y a 13 ans
    Attention DSG
    DSG you're the king of all morons

    Haiti needs lawyers to help rebuild their legal system and to train people who will become specialists. Those are a few of the many things required in order for that country to become self sufficient.

    Those people doing volunteering in Haiti are contributing a lot more than self absorbed ignoramus attornies like yourself. Plus they are proving to be a lot tougher. I'm sure a sissy like you wouldn't last a day over there.

  12. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Re: Attention DSG
    >Haiti needs lawyers to help their legal system...


    ça me fait penser à un vieux reportage du réseau anglais de Radio-Canada, où on avait filmé l'arrivée d'humanitaires avec leur camion de riz, au milieu d'une foule affamée.

    Après une vue d'ensemble de la foule prenant le camion d'assaut, le caméraman cible un affamé qui demande un sac de riz à une des travailleuse. Réponse de celle-ci: monsieur, vous avez une plaie sur le crane (c'était une égratignure banale). Venez que je vous désinfecte ça, vous aurez un sac de riz ensuite. Tout ça alors que la foule déchainée partait avec le riz à vitesse grand V.

    Certain ne comprendront jamais la notion de priorité.

    "C'est comme ça...que voulez-vous !", comme dirait un ex-PM.

  13. Slackeur professionnel
    Slackeur professionnel
    il y a 13 ans
    Re : Re: Attention DSG
    Si mon commentaire te fait penser au scénario que tu viens de décrire, arrête de penser.

    Oui il y a des gens dépourvues de toutes les nécessités élémentaires pour qui la reconstruction du système judiciaire ne figure pas du tout dans leurs priorités.

    Par contre, je t'assure que les membres du gouvernement ne vivent pas la même misère. Et redémarrer les infrastructures nécessaires au bon fonctionnement de la société constitue un besoin immédiat pour eux.

    PS Une chance que tu as spécifié que tu avais vu le reportage sur SRC. À te lire on croirait un joe connaissant qui lit le Journal de Montréal et qui exprime ses opinions dépourvues de tout bon sens chaque matin dans un Tim Hortons.

    > >Haiti needs lawyers to help their legal system...
    >
    >
    > ça me fait penser à un vieux reportage du réseau anglais de Radio-Canada, où on avait filmé l'arrivée d'humanitaires avec leur camion de riz, au milieu d'une foule affamée.
    >
    > Après une vue d'ensemble de la foule prenant le camion d'assaut, le caméraman cible un affamé qui demande un sac de riz à une des travailleuse. Réponse de celle-ci: monsieur, vous avez une plaie sur le crane (c'était une égratignure banale). Venez que je vous désinfecte ça, vous aurez un sac de riz ensuite. Tout ça alors que la foule déchainée partait avec le riz à vitesse grand V.
    >
    > Certain ne comprendront jamais la notion de priorité.
    >
    > "C'est comme ça...que voulez-vous !", comme dirait un ex-PM.

  14. Anonyme
    Anonyme
    il y a 13 ans
    Re : Me
    > DSG est un crétin de première, mais je préfère cela à quiconque utilise des mots comme "proactif".

    Un autre commentaire brillant de Me. L'intervention de ce mec est tout-à-fait juste alors ferme-là mon ami.

  15. Me
    Me
    >>>>> Un autre commentaire brillant de Me. L'intervention de ce mec est tout-à-fait juste alors ferme-là mon ami.

    ferme-"là" ?
    ton quoi?

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 13 ans
      Re : Me
      > >>>>> Un autre commentaire brillant de Me. L'intervention de ce mec est tout-à-fait juste alors ferme-là mon ami.
      >
      > ferme-"là" ?
      > ton quoi?

      Je pense qu'il voulait dire ferme ta fine bouche.

    • Schloups
      Schloups
      il y a 13 ans
      Re : Re : Me
      > > >>>>> Un autre commentaire brillant de Me. L'intervention de ce mec est tout-à-fait juste alors ferme-là mon ami.
      > >
      > > ferme-"là" ?
      > > ton quoi?
      >
      > Je pense qu'il voulait dire ferme ta fine bouche.

      Je crois plutôt que c'était le commentaire d'un avocat du Lac St-Jean... Ils mettent des "là" puis des "là, là" tout partout dans ce coin... À moins que ce ne soient des "law" et des "law, law"?

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires