Conseillers Juridiques

Nadia Jubinville, la passion avant tout

Main image

Céline Gobert

2011-10-31 14:15:00

Comment se retrouve-t-on à la tête d’un tout nouveau département d’affaires juridiques spécialisé en contrats de la Banque Nationale du Canada ? Il semble bien que Nadia Jubinville n’ait été guidée que par une seule chose : sa passion.

Pour cette avocate, tout commence chez McCarthy Tetrault. Elle y entre après son bac de droit obtenu en 1993, à l’Université de Montréal.

Trois années de pratique en litige général qui modifient complètement sa vision du droit et lui ouvrent les yeux sur ses véritables aspirations.

« Je pensais que j’allais beaucoup plaider, et puis finalement l’aspect « papier » occupait 80% de mon temps », confie-t-elle.

Plus tard, elle trouve sa voie : ce sera celle, plus « constructive », du droit commercial et corporatif. Car, être au cœur même de la stratégie de l’entreprise, suivre la progression et l’aboutissement des projets : voilà ce qui l’intéresse avant tout.

Ainsi entre-t-elle au cabinet Stikeman Elliott en 1999. Trois nouvelles années qu’elle décrit comme « enrichissantes », et qui la mènent à un MBA à HEC pour ajouter à ses atouts une teinte plus… économique.

B comme Business

Et comme Banque Nationale du Canada.

 Pour Nadia Jubinville, c'est une question de passion
Pour Nadia Jubinville, c'est une question de passion
« Lorsque j’y suis entrée en 2004, il n’y avait pas encore de département pour la négociation des contrats. Quatre ans plus tard, j’assistais à sa création et on me nommait directrice », se souvient Me Jubinville.

Elle y travaille encore aujourd’hui, dopée par des défis quotidiens. Chaque jour, elle s’occupe de centraliser les négociations, d’établir des politiques communes afin de favoriser la communication entre les unités d’affaires, d’anticiper leurs attentes et besoins.

« Ce n’est pas toujours facile d’amener les gens à se parler », confie-t-elle.

En tant que gestionnaire de projets d’envergure, tels que de grosses transactions ou des fusions/acquisitions, Me Jubinville doit sans cesse jongler entre instantanéité et efficacité.

« C’est un beau défi que de suivre à la fois les progrès et les embûches d’un projet, d’être là à chaque étape. Le challenge c’est d’être pro actif dans nos réponses juridiques », dit-elle.

Un challenge de taille, d’autant plus qu’elle évolue dans un monde d’hommes.

« C’est une réalité : une femme doit constamment faire ses preuves », explique Me Jubinville.

Aujourd’hui, elle s’investit aussi dans l’ACC-Québec qui, selon elle, offre des ressources uniques pour le bien-être des conseillers juridiques d’entreprise.

« C’est une façon pour moi de redonner ce que j’ai cherché à un moment donné : de l’aide et des ressources », dit la jeune femme, qui était à Denver la semaine dernière à l'occasion du congrès de l'ACC.

Pas de doute : Me Jubinville est une femme passionnée.

« Il faut suivre sa passion ! Pratiquer dans un domaine que l’on aime, aussi. Voilà mon conseil », conclut-elle.

9277

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires