Entrevues

Confidences d’une juge à des étudiantes

Main image

Céline Gobert

2015-12-14 15:00:00

Quelle est la place des femmes dans la magistrature ? Quels conseils une juge donnerait-elle aux étudiantes rêvant de suivre une carrière similaire ? Tête à tête avec une juge…

L'honorable Danielle Côté, juge en chef adjointe à la Chambre criminelle et pénale de la Cour du Québec
L'honorable Danielle Côté, juge en chef adjointe à la Chambre criminelle et pénale de la Cour du Québec
Lorsque l’on a rencontré l’honorable Danielle Côté, juge en chef adjointe à la Chambre criminelle et pénale de la Cour du Québec dans son bureau avec vue sur le Vieux Port, elle nous a d’abord parlé avec un grand enthousiasme de la Soirée des femmes juges qu’elle a initiée alors qu’elle était présidente du Chapitre canadien de l'Association internationale des femmes juges.

« L’idée était de rencontrer des étudiantes en droit, de les familiariser avec une profession accessible, et de leur dire : croyez en vous et osez ! », déclare-t-elle à Droit-inc au sujet de la 3ème édition de l’événement qui s’est déroulé le 29 octobre dernier à la Faculté de droit de Sherbrooke.

Il faut dire qu’avec ses 21 années d’expérience à la magistrature, celle qui fut la première femme nommée en criminel à Sherbrooke est bien placée pour répondre aux interrogations des étudiantes.

Une formule « intimiste »

La juge Côté, nouvelle ambassadrice de la Faculté et ancienne procureure de la Couronne, est ainsi venue rencontrer une trentaine d’étudiantes en droit de Sherbrooke aux côtés de cinq autres juges : les juges Madeleine Aubé, Julie Beauchesne et Sylvie Durand de la Cour du Québec, la juge Marie Deschamps, juge retraitée de la Cour suprême du Canada et la juge Line Samoisette de la Cour supérieure.

La Faculté de droit a misé sur une formule « intimiste » qui privilégie les « échanges personnalisés », expliquent à Droit-Inc Me Eliane-Marie Gaulin, secrétaire de faculté et directrice des affaires étudiantes à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke et Josée Perreault, coordonnatrice du Centre de développement professionnel.

Le principe est simple : chacune des six juges voit une trentaine d’étudiantes se succéder toutes les 20 minutes à sa table. L’année prochaine, elles seront entre 8 et 10 juges, avec six étudiantes par table.

Et les files d’attente sont longues quand il s’agit de s’inscrire !, explique Me Gaulin qui participe également aux échanges avec Mme Perreault. « Les juges agissent comme modèles, ce sont des femmes de passion, très accessibles ! »

Ne pas baisser la garde

À la Cour du Québec, on trouve aujourd’hui 125 femmes (43%) et 163 hommes (57%). À la Cour supérieure, on compte 73 femmes parmi les 194 juges, soit 37,6 %.

« Y’en a encore qui nous appelle Monsieur le juge, mais c’est juste drôle, confie-t-elle, amusée. Louise Mailhot a raison quand elle dit qu’il ne faut jamais abandonner le combat. Le plafond de verre existe encore. Même si l’époque où on nous appelait Madame au lieu de Maître est loin derrière, il ne faut pas baisser la garde ! »

Durant la soirée, les juges se sont faites assaillir de questions par les étudiantes qui les ont interrogé sur le processus de nomination des juges, les sacrifices qu’elles avaient du faire pour concilier leur vie de famille avec leur travail, et les éléments les plus difficiles dans la fonction de juge.

« Le plus important conseil que je leur donne c’est de trouver un équilibre, explique la juge Côté. Évidemment, il faut travailler fort mais il faut aussi être équilibré dans sa vie, trouver une sérénité et savoir faire la part des choses dans sa vie personnelle et professionnelle ».

Voici quelques-uns de ses autres conseils et réponses :

Se ménager des temps de pause : Travailler neuf heures de suite ne donne pas les résultats escomptés, le cerveau ne suit plus au bout d’un moment, selon elle. « Plusieurs avaient l’air surpris. C’est la même chose en cour, on ne peut pas plaider pendant des heures et avoir la même attention ».

Aimer le monde : Être juge prend beaucoup de respect pour les gens, de l’humanisme, de l’écoute, explique-t-elle. « Il faut réaliser que les gens qui viennent devant nous, c’est le seul contact qu’ils vont avoir avec la justice et ne pas oublier que la magistrature est un service aux justiciables. Moi j’aime le monde. »

Garder la tête froide : « Quand tu sièges en criminel, c’est impossible de ne pas passer quelques nuits blanches en pensant à la peine appropriée. Il y a toujours des dossiers qui vont te faire réfléchir. Je n’ai pas un collègue qui dirait le contraire. On a des décisions à rendre et il ne faut pas se tromper.»

Savoir faire preuve de force de caractère : Elle se souvient d’un dossier où elle devait rendre une décision dans une affaire d’aide au suicide où l’accusé plaidait coupable et on lui demandait une peine suspendue. Quand elle est rentrée dans la salle, l’avocat de la défense pleurait, l’avocat de la Couronne pleurait, l’accusé pleurait. «Toi là tu pleures pas, mais tu peux pas rester indifférent à l’émotion dans la salle. Ce sont de beaux moments. »

Se parer contre la critique : Une fois, après avoir rendu une décision sur la Charte de la langue française en première instance, elle a fait la couverture des journaux qui écrivaient qu’elle était « une incompétente ». « Malgré toute la force de caractère que tu penses avoir, quand tu lis des critiques dans les journaux, tu ne peux pas rester insensible. On est des êtres humains. »

Choisir le bon partenaire: « J’ai eu le privilège d’avoir une conjointe qui est vraiment très compréhensive et qui n’a jamais dit quoi que ce soit. On s’est connues à Sherbrooke, elle a réorienté son travail à Montréal pour moi. Je n’ai pas d’enfants, ça facilite les choses par rapport à d’autres collègues. »

Et garder sa passion intacte: « J’ai autant de plaisir que la première journée. Un de mes rôles est de redonner à la société, j’ai la passion de la première journée. Quand je forme de nouveaux juges, je leur dis que dans 15 ans, ils auront encore la passion. Je ne peux pas imaginer faire autre chose. »

Pour voir des photos de l’événement, c’est ici.
16372

11 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 8 ans
    Et les hommes?
    À quand l'équivalent d'une telle activité pour les hommes?

    • AC
      Minable
      Commentaire minable. Vous êtes de ceux qui voulez une "Journée des hommes", un "défilé de la 'fierté' straight" et un "Mois de l'histoire des blancs", certainement.

      À la place de rabaisser les activités qui font la promotion de la diversité, concentrez donc vos énergies "masculinistes" dans des vraies causes qui touchent les garçons et les hommes: le suicide, la santé mentale, l'itinérance... Au lieu de dire des inepties de la sorte.

    • Équité
      Équité
      il y a 8 ans
      Et les hommes bis?
      À quand un speed dating mixte? Ce n'est pas masculiniste pour un homme de se demander s'il est possible de rencontrer ainsi un(e) juge face à face pour quelques minutes, question de poser des questions. Quel est le problème?

  2. Isabelle
    Isabelle
    il y a 8 ans
    Bon. Pas encore rendus en 2015?
    Je ne vois pas ce qu'il y a de typiquement "féminin" dans les propos et les conseils de la juge Côté. Pourquoi s'adresser seulement à des étudiantes? Quelqu'un peut m'éclairer?

    Le fameux plafond de verre, le jour où on va arrêter d'y croire et d'en parler, il va disparaître.

    Oui, juste de même.

    À moins, bien sûr, que certaines se complaisent dans un soi-disant statut de personne vulnérable?

  3. Jacques-Antoine
    Jacques-Antoine
    il y a 6 ans
    humain juridique ou non
    Humain personne physique ou Humain qui n'est pas une personne physique vous femme qui portez dans votre utérus ce que vous avez jugé comme moi un DÉFUNT JURIDIQUE c'est à dire une enfant foetal synonyme de défunt. Pour être défunt il faut être vivant. Vous avez paralysé dans sa croissance juridique l'enfant embryonnaire fait du mélange des gamètes constituant pour le réduire à l'impuissance et l'incapacité de croître. Voir RLRQ 1972 c. L-0.2 ou LOI 0 point 2 vraie désignation de défunt. Qui êtes vous qui sachez l'absence de loi sous votre forme juridique 88 du Registraire des Entreprises et des Biens non-réclamés de Revenu Québec amalgame de Revenu National Canada des membres du Barreau du Pays du Québec.

    • Anon
      Voilà!
      C'est limpide et pertinent!

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 6 ans
      Exact!
      Je dirais même plus: la deuxième et dix-septième relecture du commentaire vous permettront de comprendre les quatrièmes et cinquièmes degrés du commentaire. Profond et instructif.

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Étant juif, j'exige le même évènement pour les juifs.
    Et ceux qui le refuse sont antisémites.

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Minable x2
    Quelle meilleure façon de promouvoir la diversité qu’en excluant un groupe de personnes. Quel commentaire simple et ridicule.

  6. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Le résultat prévisible des quotas
    " les juges se sont faites assaillir de questions par les étudiantes qui les ont interrogé sur le processus de nomination des juges"


    Voilà la question à 100 piasses sur laquelle les justiciables devraient avoir des inquiétudes à l'ère des quotas, qui dans 10 ans nous auront amené des incompétents en plus grand nombre, mais dont le groupe sera représentatif de la diversité ethnico-sociale.

    Pourquoi le pronostic dressé par Louis-Jean Cormier en lien avec l'industrie culturelle (avant qu'il ne se couche pour éviter de se retrouver au chômage) ne serait-il pas applicable à l'industrie juridique?

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 6 ans
      Très prévisible en effet
      Avec environ 70% des avocats de moins de 30 ans qui sont des femmes, effectivement, dans un avenir pas si lointain, on risque de retrouver des incompétents plus que des incompétentes si on souhaite une parité homme/femme au sein de la magistrature.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires