Nouvelles

Fusions et acquisitions : Trump ou Biden?

Main image

Delphine Jung

2020-11-06 11:15:00

Trump ou Biden? Les avocats américains et pros en M&A ont été sondés quant à savoir lequel des deux candidats ferait le mieux leur affaire. Éléments de réponse…

Joe Biden ou Donald Trump? Photo : Radio-Canada
Joe Biden ou Donald Trump? Photo : Radio-Canada
Plus des deux tiers des entreprises sont optimistes quant aux activités de fusions et acquisitions des 12 prochains mois, bien que 48 % considèrent la présidence de Joe Biden comme une 1menace pour les fusions et acquisitions, tandis que 31 % estiment que la réélection du président Donald Trump est mauvaise pour les affaires, selon un nouveau sondage publié dans l’American lawyer magazine.

Malgré l’optimisme à long terme, près des deux tiers des 225 négociateurs qui ont participé à ce sondage mené par le cabinet d’avocats Dykema Gossett ont déclaré que la propagation continue de la COVID-19 est l’une des trois plus grandes menaces pour le marché des fusions et acquisitions.

Au total, 71 % des répondants à l’enquête, qui a été menée en septembre et octobre, se sont déclarés optimistes quant à la conclusion d’accords aux États-Unis au cours des 12 prochains mois, 87 % d’entre eux prévoyant une augmentation des activités de fusions-acquisitions impliquant des entreprises privées.

Près des trois quarts, soit 72 %, s’attendent à ce que leur propre société ou une société de portefeuille soit impliquée dans une acquisition au cours de l’année prochaine.

Ces chiffres sont meilleurs que ceux de l’année dernière, où seulement 31 % des répondants pensaient que le marché des fusions et acquisitions se renforcerait au cours des 12 prochains mois.

Jeffrey Gifford, membre de Dykema à San Antonio, dirige le service de financement des entreprises du cabinet. Il a déclaré que l’optimisme des négociateurs dans l’enquête 2020 pourrait être dû au fait que les industries « essaient de trouver » comment faire des affaires malgré la pandémie, et parce que les gens sont optimistes que même un vaccin quelque peu efficace « permettra de revenir à un type d’activité plus normal ».

Mais l’élection introduit de l’incertitude dans un environnement commercial déjà confronté à des défis en raison de la pandémie de COVID-19. Ces facteurs liés au virus ne se relâchent pas, car les cas sont à nouveau en augmentation aux États-Unis.

Alors que près de la moitié des personnes interrogées déclarent que la présidence de Biden constitue une menace pour les activités de fusions-acquisitions, 46 % considèrent que la prise de contrôle de la Chambre et du Sénat par les démocrates est une menace. Seuls 23 % prévoient une menace pour le marché si les Républicains contrôlent les deux côtés du Congrès.

M. Gifford a déclaré qu’une partie de cette préférence pourrait être liée aux impôts.

« Nous soupçonnons fortement que lorsque l’administration Trump est entrée en fonction, elle a adopté ou facilité l’adoption d’une loi majeure de réduction des impôts qui a profité non seulement aux entreprises, mais aussi à l’économie dans son ensemble. De plus, de nombreux cadres réglementaires ont été réduits », a-t-il déclaré, notant que l’augmentation des droits de douane pourrait contrebalancer les inquiétudes.

De l’autre côté, a dit M. Gifford, M. Biden a proposé d’augmenter les impôts sur les sociétés et les hauts salariés.

« Chaque fois qu’il y a un changement majeur dans la politique, cela peut inquiéter les négociateurs. Ce que les négociateurs aiment par-dessus tout... c’est la cohérence. Ils veulent être en mesure de connaître les règles du jeu », a-t-il déclaré.

Chine, COVID, etc...

Selon les résultats de l’enquête, seuls 21 % des répondants estiment que les tensions commerciales avec la Chine pourraient nuire au marché des fusions et acquisitions au cours des 12 prochains mois, ce qui constitue un revirement par rapport à l’année dernière, où les répondants avaient identifié les tensions commerciales avec la Chine comme la plus grande menace pour le marché.

Quant à la COVID-19, 54 % des personnes interrogées s’attendent à ce que la pandémie ait un impact négatif sur les fusions et acquisitions au cours des 12 prochains mois, mais elles ont déclaré que la disponibilité de cibles d’acquisition de qualité a été l’obstacle le plus fréquent aux transactions au cours de l’année dernière.

Comme en 2019, les secteurs de l’automobile et des soins de santé sont ceux où les négociateurs s’attendent à la plus grande activité de fusions-acquisitions au cours des 12 prochains mois. Alors que l’énergie était en troisième position sur la liste en 2019, elle ne figurait pas parmi les cinq premiers dans l’enquête de 2020.

M. Gifford a déclaré que les perspectives de l’industrie de l’énergie, qui doit faire face à la faiblesse des prix du pétrole dans un contexte de ralentissement économique général, sont actuellement « sombres », ce qui explique pourquoi les négociateurs ne prévoient pas autant d’activités de fusion dans ce secteur.

Plus généralement, si les personnes interrogées dans le cadre de l’enquête se sont montrées optimistes quant aux travaux de fusions-acquisitions au cours de l’année à venir, elles n’ont pas les mêmes attentes pour le reste de l’année 2020 : 59 % d’entre elles estiment que le second semestre de 2020 sera quelque peu ou nettement plus mauvais que la même période l’année dernière.

Les résultats de l’enquête annuelle de Dykema ne concordent pas tout à fait avec une enquête récente de Datasite, société de logiciels de fusions-acquisitions, qui a examiné les réponses de 150 professionnels des fusions-acquisitions, dont des avocats et des conseillers financiers. Le constat est que l’élection présidentielle était la quatrième préoccupation en termes d’impact sur les fusions-acquisitions mondiales au cours des six à douze prochains mois.

Les deux préoccupations qui sont arrivées en tête de l’enquête de Datasite étaient l’adoption d’un plan de relance du gouvernement et un vaccin contre la COVID-19 efficace et facilement disponible, tandis que le troisième facteur préoccupant était la relation entre les États-Unis et la Chine.
2813

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires