Opinions

Un pas vers le droit à l’oubli… Une histoire à suivre

Main image

Collectif

2021-08-19 11:15:00

L’avis de professionnels sur une notion de plus en plus évoquée : le droit à l’oubli…

Cynthia Chassigneux, Caroline Deschênes, Sean Griffin, Justine Brien, Marie-Laurence Goyette, Antoine Hamel Rancourt et Lana Rackovic, les auteurs de cet article. Photos : Site web de Langlois
Cynthia Chassigneux, Caroline Deschênes, Sean Griffin, Justine Brien, Marie-Laurence Goyette, Antoine Hamel Rancourt et Lana Rackovic, les auteurs de cet article. Photos : Site web de Langlois
Alors que plusieurs projets de loi envisagent d’introduire un droit à la désindexation / au retrait dans les lois applicables en matière de protection des renseignements personnels tant au niveau fédéral que provincial, la Cour fédérale, dans le cadre d’un renvoi (2021 FC 723 – 8 juillet 2021) concernant l’application de la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (« la LPRPDÉ ») semble entrouvrir la porte vers une reconnaissance de ce « droit à l’oubli ».

À la suite d’une plainte déposée à l’encontre de Google, le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada (le « CPVP ») a soumis deux questions concernant l’application de la LPRPDÉ à ce moteur de recherche, plus particulièrement :

1. Est-ce que Google, dans le contexte de son service de moteur de recherche, recueille, utilise ou divulgue des renseignements personnels dans le cadre d’activités commerciales au sens de l’alinéa 4(1)a) de la LPRPDE lorsqu’elle indexe des pages Web et présente des résultats de recherche en réponse à des recherches quant au nom d’un individu?

2. L’exploitation du service de moteur de recherche de Google est-elle exclue de l’application de la partie 1 de la LPRPDE en vertu de l’alinéa 4(2)c) de la LPRPDÉ parce qu’elle implique la collecte, l’utilisation ou la divulgation de renseignements personnels à des fins journalistiques, artistiques ou littéraires et pour aucun autre but? (notre traduction)

Après avoir examiné le fonctionnement du moteur de recherche, la Cour fédérale a examiné les questions qui lui étaient posées. Elle répond par l’affirmative à la première : Google exerce une activité commerciale au sens de la LPRPDÉ. Par contre, elle répond par la négative à la seconde : les fins pour lesquelles Google traite les renseignements personnels ne sont pas journalistiques.

La Cour fédérale précise cependant que cette décision ne détermine en rien l’issue de la plainte déposée devant le CPVP, ni de son pouvoir de recommander la désindexation.

Reste donc à voir les suites qui seront données à ce jugement par le CPVP qui avait suspendu l’examen de la plainte dont il était saisi à l’encontre de Google, mais aussi celles que le moteur de recherche pourrait vouloir y donner.

Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas à communiquer avec Me Cynthia Chassigneux pour en discuter.

Sur les auteurs

Cynthia Chassigneux, Caroline Deschênes, Sean Griffin, Justine Brien, Marie-Laurence Goyette, Antoine Hamel Rancourt et Lana Rackovic travaillent chez Langlois à Montréal.

5102

2 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 2 ans
    Proportionnalité, où es-tu?
    Il y a presque autant d'auteurs que de paragraphes dans ce texte...le ridicule ne tue pas dit-on.

  2. chassigneux jean-luc
    chassigneux jean-luc
    il y a 2 ans
    généalogie
    bonjour Cynthia,
    je dresse l'arbre généalogique des Chassigneux
    j'aimerais échanger avec vous en message privé
    merci de votre retour sur "jlcx@live.fr"
    au plaisir de vous lire
    jean-luc

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires