Carrière et Formation

Chassé-croisé de deux avocates de l’année

Main image

Camille Dufétel

2023-01-13 15:00:00

Ces deux « Avocates JBM de l’année 2022 » se démarquent dans leur domaine de droit respectif. Qui sont-elles et quel est leur « plus » ?

Mes Laure Fouin et Marianne Brouillet. Source: Osler, Hoskin & Harcourt et Novalex
Mes Laure Fouin et Marianne Brouillet. Source: Osler, Hoskin & Harcourt et Novalex
Elles ont toutes les deux des parcours professionnels bien remplis, bien que fondamentalement différents.

Me Laure Fouin de chez Osler, Hoskin & Harcourt, et Me Marianne Brouillet de chez Novalex, ont fait parler d’elles le 17 novembre dernier, quand on a appris qu’elles étaient lauréates du titre « Avocat JBM de l’année 2022 ».

Elles n’étaient d’ailleurs pas les seules puisque six autres avocats ont reçu ce titre le même jour.

Qu’est-ce qui fait que l’on se démarque ou non dans son domaine de droit respectif ? Me Fouin le rappelle, cela « ne sort pas complètement de nulle part » puisqu’il faut faire un dossier au préalable. Le Jeune Barreau de Montréal a d’ailleurs félicité les 24 finalistes « pour l’excellence de leur dossier ».

Me Fouin, qui s’est démarquée dans la catégorie « Droit corporatif », se dit « très flattée » par ce titre et heureuse que celui-ci mette en avant sa pratique, « moins souvent mise de l’avant », et qui touche le domaine réglementaire. « J’étais contente que mes avancées dans ce domaine puissent être reconnues », admet-elle.

Implication sociale

De son côté, Me Brouillet, qui a reçu le titre d’avocate de l’année dans la catégorie « Droit familial », rappelle qu’il y a beaucoup d’avocats en droit familial et estime que c’est son implication sociale qui lui a permis de se démarquer.

Cette Barreau 2015 s’implique en effet notamment pour l’accessibilité de la justice au Nunavik. Elle offre des services juridiques pro bono pour les résidents du Nunavik et s’est rendue une semaine à Inukjuak, au Nunavik, en mai 2022, une expérience dont elle avait d’ailleurs fait part à Droit-Inc.

« Il n’y a pas de Palais de justice dans leur région, précise-t-elle. Le système n’est pas adapté à la particularité de leur culture, donc j’ai de nombreux mandats dans le nord du Québec au Nunavik. »

Cela fait près de deux ans et demi que l’avocate en responsabilité médicale, litige civil et matrimonial et médiation familiale travaille au sein de Novalex, après plusieurs années passées chez Dunton Rainville. L’avocate dit avoir été interpellée par le projet « Novalex Nord », qu’elle trouvait très novateur.

« La première clinique juridique était prévue le 14 mars 2020 et on a annulé à deux heures du départ parce que tout fermait, note-t-elle. Tous les six mois, on reportait. Ça a pris deux ans pour qu’on puisse y aller ».

Expertise

Me Brouillet, qui a commencé sa carrière en droit médical, qu’elle pratique toujours, dit n’avoir jamais eu d’attirance pour le droit corporatif et le droit des entreprises. Ce qui n’est pas vraiment le cas de Me Fouin, qui travaille depuis huit mois comme associée au sein du bureau Osler, Hoskin & Harcourt.

Cette Barreau 2013, également forte de plus de onze ans d’expérience chez McCarthy Tétrault, précise que sa pratique est concentrée sur les institutions financières, les produits et services financiers, et la réglementation des valeurs mobilières et des produits d’investissement, en incluant les crypto actifs.

Dans son cabinet, l’avocate co-préside le groupe Actifs numériques et chaînes de blocs.

« J’avais la pratique parce qu’il se trouve que les actifs numériques ont beaucoup fait l’objet de concentrations dans les années précédentes de la part des institutions financières, des gestionnaires d’actifs et des régulateurs en valeurs mobilières, explique-t-elle. Donc ça tombait exactement dans ce que je faisais déjà. »

Ce qui intéresse l’avocate est de « regarder les lois que je regardais déjà, sur lesquelles je conseillais déjà mes clients, mais d’une façon totalement différente, parce que l’actif numérique et la chaîne de blocs, donc la technologie, on n’avait jamais eu à interpréter les lois à la lumière de ça ».

Sur quels types de mandats travaille l’avocate, adepte de sport et de lectures, qui explique que depuis qu’elle a eu sa fille, sa passion, « c’est elle » ? Me Fouin donne un exemple dans le secteur des actifs.

« Des personnes ou des entités qui ont mis en place ou pensent à mettre en place des plateformes où on peut échanger des actifs numériques, nous appellent pour savoir si oui ou non la réglementation en valeurs mobilières s’applique à eux ». L’avocate fait du conseil en amont « pour qu’ils soient en conformité » et effectue ensuite un accompagnement avec les régulateurs.

Engagements

En somme, ce domaine de droit qui n’est pas le plus simple à vulgariser est une évidence pour l’avocate lauréate, également membre du conseil d’administration du Site historique Marguerite-Bourgeoys et ambassadrice du Canadian Blockchain Consortium au Québec.

Pour sa part, Me Brouillet compte bien continuer à s’impliquer auprès de ses clients du Nunavik. L’avocate, qui a été très marquée par sa semaine à Inukjuak, où les gens « étaient très accueillants » et où il y a selon elle « un esprit de communauté incroyable », précise que d’autres cliniques juridiques sont prévues.
4977

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires