Nouvelles

Fraudes aux cryptomonnaies : un premier pas vers une action collective contre Facebook

Main image

Radio -canada

2023-04-25 10:15:00

Les deux plaignants ont respectivement perdu environ 250 000 $ et 1 000 000 $ après avoir cliqué sur une publicité frauduleuse sur Facebook. Les avocats…

Johanne Gauthier et Fernand Larouche. Source: Radio-Canada
Johanne Gauthier et Fernand Larouche. Source: Radio-Canada
Deux plaignants qui s’étaient confiés à La facture viennent de déposer, par l’entremise de leur avocat, une demande pour autorisation d’exercer une action collective contre Facebook.

Pour Fernand Larouche et Johanne Gauthier, cette démarche constitue le dernier espoir de récupérer les économies de toute une vie. Pour leur avocat, David Bourgoin, il s’agirait d’une première au pays.

L’avocat David Bourgoin n’a fait ni une ni deux après avoir vu les témoignages de Fernand Larouche et de Johanne Gauthier à La facture le 28 mars dernier, puis aux Décrypteurs quelques jours plus tard.

Indigné face aux pertes astronomiques des deux plaignants, il s’est mis au travail avec pour objectif de déposer une demande d’autorisation de recours collectif le plus vite possible contre Facebook et sa maison mère Meta. Fernand Larouche et Johanne Gauthier ont accepté rapidement d’agir à titre de représentants.

« Ces gens-là ont tout perdu en lien avec des publicités qu’ils n’auraient jamais dû voir. Je trouvais que c’était un non-sens que les gestionnaires de réseaux sociaux ne puissent pas être imputables des dommages qui sont causés. Il faut qu’il y ait une responsabilité quelque part », fait valoir l’avocat.

Leur requête vient tout juste d’être déposée en cour à Montréal et signifiée à Facebook Canada Ltd ainsi qu'à Meta Platforms et Facebook Inc.

L'avocat David Bourgoin. Source: Radio-Canada / Archives
L'avocat David Bourgoin. Source: Radio-Canada / Archives
Les demandeurs allèguent que les défenderesses sont des publicitaires et que la vente et la diffusion de publicités constituent leur principale source de revenus. À leur avis, la multinationale a contrevenu à plusieurs dispositions de la Loi sur la protection du consommateur et de la Loi sur la concurrence « en permettant que de la publicité fausse ou frauduleuse soit diffusée à ses utilisateurs ».

Cette démarche s’apparente aux procédures judiciaires entreprises par les autorités australiennes contre Meta, et ce, pour les mêmes motifs.

L’équipe de l’émission Décrypteurs, qui traque les fausses informations sur les réseaux sociaux, a documenté la présence de ces publicités frauduleuses sur Facebook visant spécifiquement les Canadiens. Elle en avait comptabilisé des centaines dans le cadre de son enquête l’an dernier. Un an plus tard, elle en a trouvé tout autant.

Ces publicités mènent vers de faux articles de journaux, avec les logos de La Presse ou de CBC, entre autres, et mettent souvent en vedette le grand patron de Tesla. Tout récemment, les images de l’animateur de Tout le monde en parle, Guy A. Lepage, et de celui de Zone économie, Gérald Fillion, ont aussi été utilisées par les fraudeurs.

Questionnée à ce sujet, Meta nous avait répondu qu’il était impossible d’enrayer complètement la fraude sur ses plateformes, mais qu’elle y consacrait des ressources considérables.

L’histoire de Johanne Gauthier et de Fernand Larouche

Les drames financiers de Fernand Larouche et de Johanne Gauthier ont fait l’objet de reportages récents aux émissions La facture et Décrypteurs. Les deux retraités ont respectivement perdu environ 1 000 000 $ et 250 000 $ après avoir eu la malchance de cliquer sur une publicité frauduleuse apparue sur leur fil Facebook vantant les rendements des cryptomonnaies.

Après avoir laissé leurs coordonnées sur cette page, ils ont reçu l’appel d’un faux conseiller financier qui a gagné leur confiance et les a incités à investir toujours plus. Il leur a ensuite été impossible de récupérer leur argent. La compagnie, le conseiller financier, les rendements : tout était faux de A à Z.

Fernand Larouche et Johanne Gauthier ont tout perdu dans cette arnaque et ont dû retourner sur le marché du travail. Ils ont porté plainte à la police de Gatineau, leur lieu de résidence au moment du drame.

Johanne Gauthier espère que cette démarche incitera d’autres victimes de ces publicités à sortir de l’ombre malgré le sentiment de culpabilité qui les habite souvent. Elle souhaite aussi que les procédures judiciaires aient un impact sur la vigilance des réseaux sociaux en matière de publicités frauduleuses. « Je pense que les médias sociaux, avant de passer des annonces comme ça, vont y penser à deux fois », dit-elle.

Le groupe, pour lequel Johanne Gauthier et Fernand Larouche agissent comme représentants, inclut les personnes qui ont subi une perte financière en raison des publicités frauduleuses diffusées sur Facebook. L’avocat David Bourgoin invite d’ailleurs toutes les personnes qui correspondent à cette définition à entrer en contact avec lui par téléphone ou par courriel afin de lui fournir des informations.

En vertu de la demande d’action collective, les demandeurs réclament le remboursement des sommes perdues, ainsi que des dommages punitifs et des dommages pour troubles, ennuis et inconvénients subis.

Me David Bourgoin est persuadé que la procédure pourra passer le test de l’autorisation pour ensuite être entendue sur le fond. Il est cependant conscient que le dossier est loin d’être gagné et il s’attend à ce que ses arguments soient hautement contestés.

Par courriel, Meta n’a pas souhaité faire de commentaire sur cette demande d’action collective.
2108

3 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Grossière négligence
    Poursuivre Facebook pour avoir autorisé des fausses pubs, c'est une chose mais réclamer de FB les pertes subies en raison de ces pubs en est une autre.

    Investir 250K$ et 1M$ sur la base d'une pub sur FB relève de la grossière négligence, pour ne pas dire stupidité.

    Leurs pertes devraient plutôt être réclamées des auteurs de la fraude. Et bonne chance pour ça.

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Ils ont surtout été victime de leur rêve pour de l'argent facile
    "après avoir eu la malchance de cliquer"

    malchance ?


    "ils ont reçu l’appel d’un faux conseiller financier qui a gagné leur confiance et les a incités à investir toujours plus."


    confiance? Investir toujours plus?


    La Presse devrait-elle payer lorsque ceux qui vendent frauduleusement des thermopompes arnaquent des client recrutés via sa section des petites annonces?

    L'AMF n'a rien vu, mais l'arnaque aurait dû être détectée par Facebook?

    Les vieilles matantes qui vident leur compte de banque après être tombées amoureuse d'un adonis vivant en afrique ont-elle un recours valable contre Facebook?

    L'émission La Facture a déjà présenté des cas plus convainquant.

  3. pigeon  dissident
    pigeon dissident
    il y a un an
    mon grain de sel
    A mon humble avis , il est impossible de gagner cette cause sinon cela voudra dire que tous les journeaux vont arrêter de publier des annonces de crainte d'être associés aux fraudeurs qui utilisent leurs pages publicitaires pour mousser leurs ventes.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires