Nouvelles

Un procès simulé par et pour des jeunes de 11 ans

Main image

Stéphane Tremblay

2023-04-28 14:15:00

Un juge, une procureure de la Couronne, des avocats de la défense, un jury, et même un accusé tous « joués » par des élèves de 5e année du primaire. Quel est ce projet éducatif ?

Audrey-Ann Bélanger incarnait la procureure de la Couronne.
Audrey-Ann Bélanger incarnait la procureure de la Couronne.
Il s’agit du projet d'enrichissement juridique et décisionnel mis de l’avant par le DPCP. Les principaux objectifs sont d’outiller ces jeunes de 10 et 11 ans à la résolution de conflits. Sensibiliser ces élèves à l’importance des choix qu’ils seront appelés à faire dans leur vie.

Durant 14 semaines, à raison d’une journée par semaine, de vrais procureurs rencontrent les élèves pour leur faire découvrir les rouages du système judiciaire.

Après avoir appris en classe le rôle d'un procureur, le fonctionnement des tribunaux et les conséquences de ne pas respecter un règlement de loi du code criminel, les élèves se sont déplacés au palais de justice pour constater que l’endroit est très froid et très solennel.

Les informations recueillies à l’école se sont culminées par une simulation de procès dans une salle de cour du palais de justice.

Tous les rôles des différents acteurs du système judiciaire ont été incarnés par des élèves. Les jeunes ont ainsi pu comprendre les différentes étapes d'un procès, ainsi que les rôles et responsabilités de chaque partie impliquée.

La procureure de la Couronne, Audrey-Ann Bélanger, avait revêtu sa toge et demandé à sa mère de bien repasser son rabat pour plaider sa cause.

« J’ai trouvé ça vraiment le fun », a confié à Droit-inc l’élève de l’école Victor-Côté de Matane, lors d’une entrevue téléphonique.

La simulation était celle d’un jeune qui emprunte le sac d’école d’un ami et qui soudainement se retrouve avec une arme à air comprimé dans le sac à dos et que l’arme tombe au sol. Il panique sachant qu’il est interdit de posséder ce type d’arme à son âge.

« C’est moi qui ai gagné. Même si j’ai aimé ça, je ne veux pas être avocate plus tard dans la vie », ajoute Audrey-Ann, avec un grand rire.

Au Québec, plus de 102 procureurs de la Couronne ont permis à des jeunes de plusieurs écoles de vivre l’expérience. Une expérience mise en place dans le but de sensibiliser les élèves à la justice et de les encourager à développer leur capacité à prendre des décisions éclairées.

De plus, les élèves ont abordé des sujets chauds tels l'intimidation, le phénomène des gangs, les conséquences de faire l’école buissonnière, la prudence sur Internet et la consommation de drogues et d'alcool.

Ce programme a été créé en 2015 par le DPCP à partir du projet Lead, lui né à Los Angeles, en 1993.

Pourquoi des élèves de 5e année ? Il s’agit de l’âge idéal pour que le message passe. Des recherches montrent qu'à cet âge-là, 11 ans, les jeunes sont encore dans un âge critique où ils sont encore très réceptifs aux lois et à l'autorité.

Au cours de l’adolescence, cette réceptivité deviendra davantage de la rébellion d’où la raison d’avoir ciblé des élèves du primaire, qui seront bientôt des « grands » du secondaire.

En somme, le projet d'enrichissement juridique et décisionnel encourage également les élèves à réfléchir de manière critique sur les enjeux sociaux et à considérer les implications de leurs choix sur les autres. Ils seront mieux préparés pour leur vie future et pour leur rôle de citoyens engagés dans la société.

Photo envoyée à René et au bas de mon texte

Audrey-Ann Bélanger, 11 ans, sérieuse dans son rôle de procureure de la Couronne
2396

1 commentaire

  1. Pierre-Olivier Lapointe
    Pierre-Olivier Lapointe
    il y a 11 mois
    Bravo pour ce projet innovant
    Je salue cette initiative du DPCP à laquelle ma fille de 11 ans a eu la chance de participer. Tous les vendredis, elle revenait avec une nouvelle réflexion qui suscitait de belles discussions sur l'éthique citoyenne, la responsabilité, le doute raisonnable ou l'usurpation d'identité.

    Merci à ces avocats qui s'investissent afin de sensibiliser la société de demain.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires