Nouvelles

Action collective contre un fabricant de médicaments

Main image

Marie-ève Buisson

2023-11-08 10:15:00

Une demande d’action collective a été intentée contre un fabricant de médicaments qui aurait vendu des produits sans prévenir les clients des risques d’utilisation…

Mes Jill S. McCartney, James E. Boyd et Charles M. Wright. Sources: Shutterstock et Siskinds
Mes Jill S. McCartney, James E. Boyd et Charles M. Wright. Sources: Shutterstock et Siskinds
La demande d’action collective a été intentée le 6 octobre dernier contre Ozempic par une consommatrice nommée Suzanne Talbot. Elle réclame au fabricant de payer aux membres du groupe des dommages-intérêts.

La plaignante s’est fait prescrire du Ozempic sur une base régulière de 2021 à 2023. Après avoir consommé ce médicament, elle a présenté plusieurs symptômes dont une diarrhée chronique, des brûlures d’estomac, un essoufflement et des douleurs, qui ont entraîné une hospitalisation.

En août 2023, la demanderesse a reçu un diagnostic de blocage du système biliaire. Les médecins lui ont indiqué que l'obstruction était liée à son utilisation d'Ozempic.

Cette action découle donc, selon la demande, « des pratiques illégales, négligentes, abusives, déloyales et trompeuses des défendeurs liées, entre autres, à la conception, au développement, aux tests, à la recherche, à la fabrication et à l'octroi de licences ».

Selon la demanderesse, Ozempic « savait ou aurait dû savoir », que les médicaments étaient « défectueux et/ou qu'il y avait des risques importants pour la santé ».

Ainsi, les défendeurs auraient omis d'avertir leurs consommateurs des risques importants d’effets secondaires « dangereux » liés à l’utilisation des produits Ozempic.

Les patients auraient donc été mis en danger et auraient subi des préjudices en raison de la conduite des défendeurs.

Ici, le groupe représente tous les Canadiens qui ont subi des préjudices liés à Ozempic et à d'autres médicaments à base de semaglutide.

Les avocats représentant Suzanne Talbot sont Mes Jill S. McCartney, James E. Boyd et Charles M. Wright du cabinet Siskinds.
2519

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires