Nouvelles

Décès du juge qui veillait sur les municipalités

Main image

Didier Bert

2021-12-15 10:15:00

Ce juge a eu une longue carrière, marquée par son action dans le monde municipal. Il vient de s’éteindre.

Le juge Richard Beaulieu s’est éteint... Source: Lépine Cloutier
Le juge Richard Beaulieu s’est éteint... Source: Lépine Cloutier
Le juge Richard Beaulieu est décédé à l’âge de 91 ans.

Son action avait été louée au moment de la Commission Charbonneau.

Originaire des Escoumins, Richard Beaulieu a mené une carrière d’une exceptionnelle longévité, qu’il a parcouru avec son fidèle nœud papillon autour du cou.

Il avait été nommé sous-ministre en titre au ministère des Affaires municipales de 1968 à 1973.

Richard Beaulieu devient ensuite président de la Commission municipale du Québec (CMQ), une fonction qu’il occupera durant 16 années.

Il se forge une réputation d’homme de grande vigilance, n’hésitant pas à se rendre sur le terrain pour enquêter, ou à mettre sous tutelle des municipalités dont les pratiques s’égaraient.

Cela avait été le cas de Lachine « où le conseil municipal, qui planifiait un voyage à Hawaii aux frais des contribuables pour participer à un congrès sur les régimes de retraite, a dû faire son deuil de ce projet », rappelle l’ex-chroniqueur Gilbert Lavoie dans Le Soleil.

Après son départ de la CMQ, l’organe de contrôle avait perdu de ses pouvoirs. « Il a fallu attendre la Commission Charbonneau, en 2015, pour voir le gouvernement lui redonner ses lettres de noblesse », souligne Gilbert Lavoie, qui précise que Pierre Moreau avait dit s’être inspiré du juge Beaulieu pour redonner du pouvoir à l’organisme. La Commission Charbonneau avait notamment constaté qu’aucune enquête n’avait été initiée par la CMQ depuis 1988.

À son départ de la CMQ, il est nommé à la Cour provinciale, qui deviendra ultérieurement la Cour du Québec.

Le gouvernement du Québec le nomme président du Tribunal d’appel en matière de protection du territoire agricole, tout juste créé en 1989.

En 1995, Richard Beaulieu est en charge d’une commission d’enquête sur les élections scolaires. Puis il siège comme juge puîné de la cour du Québec, à la chambre civile.

En décembre 1999, il croit prendre sa retraite. Mais les fusions municipales en décident autrement. Au début des années 2000, le gouvernement du Québec lui confie la présidence du Comité de transition de la ville de Québec.

Il agira ensuite comme conseiller et médiateur pour la municipalité des Escoumins dans le cadre des négociations territoriales entre la communauté autochtone d’Essipit et les gouvernements fédéral et provincial.

Richard Beaulieu prend définitivement sa retraite alors qu’il a dépassé l’âge de 80 ans.

Sur la page de condoléances, Pierre Verdon, juge retraité de la Cour du Québec, rend hommage au juge Beaulieu: « C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris le décès de Richard. Même si j'avais eu plusieurs occasions de le croiser, je l'ai surtout côtoyé durant les quelques années durant lesquelles, en fin de carrière, où il a été appelé à exercer ses fonctions de juge puîné à la Cour du Québec. Il était un homme particulièrement affable, humble, vaillant et de grand jugement. »

Pour sa part, Bertrand Déry se rappelle de l’aide que lui a apporté Richard Beaulieu à ses débuts: « Le juge Beaulieu m'a beaucoup aidé au début de ma carrière de secrétaire-trésorier municipal en 1976, d'une rigueur et honnêteté inébranlable, fort sympathique, j'en garde de merveilleux souvenirs. »
3928

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires