Nominations

Avocate, maman et présidente !

Main image

Marie-ève Buisson

2022-08-26 15:00:00

Une avocate a donné naissance à son enfant quelques jours après avoir été élue à la présidence du Jeune Barreau de Québec. Qui est-elle?

Me Chloé Fauchon Source: LinkedIn
Me Chloé Fauchon Source: LinkedIn
Originaire de Rivière-du-Loup, Me Chloé Fauchon considère qu’elle était une enfant plutôt timide au primaire. « Ce sont les concours oratoires qui m’ont permis de mieux m’exprimer en public », explique-t-elle.

Au secondaire, elle était impliquée au sein de conseils étudiants, mais aussi dans diverses activités socioculturelles telles que Secondaire en spectacle.

C’est à l’âge de 17 ans qu’elle choisit de quitter le Bas-Saint-Laurent pour poursuivre ses études collégiales en cinéma à Québec. « Je dis souvent que c’est le premier dossier que j’ai réussi à gagner, car j’ai dû convaincre mes parents de laisser partir leur petite fille vers une plus grande ville », se rappelle-t-elle.

Cette avocate de 32 ans choisit par la suite d’étudier en droit à l’Université Laval. « Je me suis sentie interpellée par le défi intellectuel que ça représentait. J'espérais aussi mieux comprendre les fondements de la société pour pouvoir changer des choses », explique-t-elle.

Elle gagne plusieurs bourses et prix durant ses années à la Faculté de droit. Elle reçoit la bourse du fond Pierre-Cimon, une bourse en droit municipal et elle remporte en 2012 le prix Jeremy Olivier du prestigieux concours de plaidoirie Laskin. Elle figure également au tableau d’honneur du doyen pendant la même année.

« Ma passion dans cette profession, c’est d’être une actrice de changement, de faire évoluer des enjeux de société et de tenter d’avoir un impact positif », mentionne-t-elle.

Coup de foudre

Même si elle était encore attachée à sa région natale, Me Fauchon a choisi de commencer sa carrière dans la ville de Québec. C’est un coup de foudre envers l’équipe du cabinet Lavery qui l’a incité à rester en ville.

« J’ai tout de suite voulu apprendre et travailler avec eux. Je recherchais dans cette équipe des mentors que j’ai encore aujourd’hui. Ils m’ont fait confiance rapidement et pour cela, je leur en serai toujours reconnaissante », ajoute-t-elle.

Aussi selon elle, la ville de Québec regorge de dossiers intéressants qui lui permettent de travailler en droit de l’environnement, en affaires municipales, en aménagement du territoire et en urbanisme.

« Ces grands dossiers qui se renouvellent chaque année renforcent mon amour pour cette ville. Le fait que Québec soit près de la nature et du fleuve est très important pour moi, puisque ça m’aide à garder un équilibre pour ma santé mentale », confie-t-elle.

Cela fait presque dix ans que l’avocate travaille chez Lavery. En 2018, elle a remporté le prix de meilleure oratrice du Jeune Barreau de Québec et en 2022 elle a été reconnue au palmarès Ones to Watch, Best Lawyers in Canada.

« Je suis une personne qui travaille très fort pour atteindre ses objectifs. C’est une façon pour moi de toujours me dépasser ».

Une maman à la présidence

Quelques jours avant la naissance de son deuxième enfant, Me Fauchon a été élu en mai dernier, à la présidence du Jeune Barreau de Québec. « C’était plus fort que moi, je ne pouvais pas mettre ce défi de côté, car ça me passionnait beaucoup trop! »

Présentement en congé de maternité chez Lavery, elle continue tout de même à s’impliquer au Jeune Barreau de Québec pour planifier la prochaine année.

« Si je suis capable de concilier le rôle de maman et de présidente, c’est parce que je me sens privilégiée et que je suis bien entourée. Mes deux enfants sont en bonne santé et mes proches sont toujours présents pour nous aider ».

Pour son mandat, Me Fauchon souhaite que l’environnement et l'écoresponsabilité soient des thématiques à privilégier pour les prochaines décisions. « Le Jeune Barreau de Québec, ce n’est pas seulement moi. C’est un travail d’équipe avec 1500 membres, des administrateurs, une directrice générale et des bénévoles engagés. »

L’équipe travaille présentement sur un guide des pratiques écoresponsables dans la pratique du droit. Le Jeune Barreau de Québec réfléchit également à développer des moyens pour enrichir ses relations internationales sans nuire à l’environnement.

« On a choisi de réduire notre présence à l’international, en diminuant nos voyages en avion. Un mandat d’une année, c’est tellement peu. Mais j’ai quand même la conviction que nous pourrons acquérir de nouveaux réflexes pour améliorer nos façons de faire d’un point de vue environnemental », explique Me Fauchon.

Elle ajoute : « J'ai aussi le souhait de rallier tous les Jeunes Barreaux et la communauté juridique à une vision commune sur cet enjeu ».
6597

5 commentaires

  1. Me Odette Nadon
    Me Odette Nadon
    il y a un an
    Mérite
    Tu es un bel exemple de passion.
    Bravo Chloé pour ton inspiration

  2. A
    A
    Remplisseurs de c.v.
    À quoi sert l'AJBM?

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Who cares ?
    Je ne connais pas Me Fauchon. Mes commentaires ne la visent aucunement de façon personnelle.

    C'est vraiment fatiguant ce genre de philosophie maintenant socialement requise selon laquelle il vaut aduler à outrance les jeunes mères. Si vous voulez être mère, super - on en a de besoin ! Mais ce n'est pas un " carrer move". Tout le monde a une mère. Pas pertinent pour ce site.

    Et ce n'est pas la première fois dans l'histoire de l'humanité qu'on doit affronter les choses: nos mères et grand-mères ont su et ont dû soulever des grands défis, même si elles n'étaient pas membres du Jeune Barreau ! Elles étaient peut-être juste un peu plus discrètes

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    100% d'accord.
    Mon point de vue aussi. Who cares?

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Quel commentaire désolant...
    Chaque partie de votre commentaire est dénué de réflexion et de sensibilité.

    "C'est vraiment fatiguant ce genre de philosophie maintenant socialement requise selon laquelle il vaut aduler à outrance les jeunes mères." D'abord, il faudrait vous relire; votre phrase est insensée. Puis, je ne suis au courant d'aucun courant philosophique se fondant sur l'adulation des jeunes mères. Et je ne constate, autour de moi, aucune adulation des jeunes mères; elles obtiennent à peine la reconnaissance qui devrait leur revenir. Ceci étant dit, je crois qu'il est temps de reconnaître l'apport des femmes (notamment des mères) à la société. Certes, tout le monde a une mère, mais je doute que tout le monde reconnaisse tout ce que les mères ont fait et font pour leur famille et leur communauté. À vous lire, j'aurais tendance à croire que vous prenez votre mère (et ses loyaux services) pour acquis.

    "Et ce n'est pas la première fois dans l'histoire de l'humanité qu'on doit affronter les choses: nos mères et grand-mères ont su et ont dû soulever des grands défis, même si elles n'étaient pas membres du Jeune Barreau ! Elles étaient peut-être juste un peu plus discrètes." Vous n'êtes certainement pas le premier à revendiquer une plus grande discrétion de la part des femmes (et/ou mères). À cet égard, vous ne faites pas preuve d'originalité. Les femmes de toutes les époques ont connu des défis considérables, et plus souvent qu'autrement, elles se sont effacées au profit de l'homme. Elles ont veillé à l'organisation et la gestion du foyer jour et nuit, pour que monsieur puisse vaquer à ses occupations l'esprit en paix. De nos jours, les défis sont différents mais pas forcément moins importants. La conciliation de toutes les sphères de la vie, alors que la sphère familiale repose encore en majeure partie sur la femme, n'est pas une mince affaire. Tant que cette charge ne sera pas répartie équitablement, il sera louable que les mères occupent des fonctions qui impliquent de grandes responsabilités...

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires