Nouvelles

Une 10e édition magistrale des Prix ZSA

Main image

Sophie Ginoux

2023-11-22 15:00:00

Les oscars du droit au Québec ont récompensé six conseillers juridiques d’exception, lors d’une soirée de célébrations mémorable. En voici tous les détails croustillants!

imge #67751Hier, avant même que le gala ne commence, une certaine fièvre parcourait déjà les couloirs et les salles de l’hôtel Omni de Montréal. Les serveurs s’empressaient de dresser les dernières tables de la splendide salle de gala et de celle, adjacente, du cocktail. Les tests de sons et de lumière défilaient, les musiciens se dénouaient les doigts sur leurs instruments.

Les organisatrices, quant à elles, avaient revêtu de longues robes élégantes et des talons à paillettes.

Christopher Sweeney
Christopher Sweeney
À 17h30, tout était en place pour recevoir les premiers invités de cette soirée qui marquait à la fois la 10e édition des Prix des conseillers juridiques de l’année (PCJQ) – et donc ses 20 ans d’existence, ainsi que le retour en présentiel de cet événement après cinq ans.

Christopher Sweeney, cofondateur et chef de la direction de ZSA, la firme spécialisée en recrutement d’avocats d’entreprise à l’origine de cette grand-messe, était tout sourire dans son smoking, visiblement ravi de recevoir plus de 300 invités d’un milieu qu’il connaît comme son ombre.

Dominique Tardif
Dominique Tardif
On sentait toutefois Dominique Tardif, Présidente ZSA Québec et grande manitou de la soirée, encore plus fébrile de célébrer des professionnels « qui abattent un travail considérable, mais qui sont souvent derrière les feux de la rampe. Les prix ZSA, c’est l’opportunité de leur dire bravo », nous a-t-elle confié.

Elle nous a ensuite expliqué à quel point le milieu des avocats d’entreprise a changé en l’espace de 20 ans : « Il y a beaucoup de compagnies qui possèdent maintenant 10, 20, 30 ou plus d’avocats dans leurs rangs. Leur rôle est important, parce qu’ils marient la fonction de conseillers juridiques et de conseillers d’affaires. Ce sont des leaders d’influence qui ont gagné la confiance et le respect de tous ceux qui les entourent ».

Que le spectacle commence!

Moins d’une heure après l’arrivée des 25 finalistes, des 18 membres du jury et du reste des convives, issus d’une vingtaine d’entreprises et institutions proverbiales du Québec, l’ambiance était à la fête. Les invités déambulaient, verre à la main et petits fours en bouche, entre le hall d’entrée et la salle de cocktail. Certains marquaient leur venue avec une photo souvenir, à l’image de celles que l’on réalise aux Oscars.

Me Joey Hanna
Me Joey Hanna
Cette foule joyeusement bruyante s’est ensuite déplacée vers la salle de gala, dans laquelle l’attendait un orchestre complet et un maître de cérémonie qui était tout, sauf monotone: Me Joey Hanna, avocat, enseignant à l’École du Barreau et conférencier, récemment récipiendaire du Prix Pierre-Fournier.

Avec beaucoup d’humour, celui qui avait troqué pour l’occasion ses Sneakers pour un tuxedo, a attaqué son discours en rappelant qu’il était très amusant que le monde des affaires ait confié l’animation de son gala annuel à un prof de l’UQAM qui avait sans doute la seule voiture Leaf dans le stationnement ce soir-là ! Mentionnons d’ailleurs qu’il a remis son cachet pour la soirée à Avocats sans frontières, qui œuvre pour les droits humains et l’accès à la justice pour les personnes vulnérables.

Jessica Syms
Jessica Syms
Aussi bienveillant qu’incisif, il a ensuite indiqué aux convives : « Vous êtes à l’usine, chez le client, dans le labo, en région. Vous êtes moins visibles que d’autres, mais vous êtes la solution, le département du gros bons sens, le vrai, dans les entreprises. Votre pratique est indispensable dans le milieu des affaires. »

Le ton était donné à la cérémonie, qui allait maintenant couronner six juristes d’exception parmi des dizaines de candidatures.

Les gagnants et gagnantes sont…

Avant le début du repas, deux premiers prix ont été remportés… par deux femmes! Eh oui, le Prix du Conseiller juridique d’avenir a tout d’abord été décerné à Jessica Syms, Conseillère juridique en chef, affaires corporatives, et secrétaire corporative adjointe à la Banque Laurentienne du Canada. Et celle-ci était d’autant plus émue de le recevoir qu’elle avait d’une part accouché d’une petite fille trois jours avant la tenue du gala, et d’autre part qu’elle comptait seulement trois ans d’expérience en tant que juriste d’entreprise.

Chanelle Charron-Watson
Chanelle Charron-Watson
Elle nous a avoué par la suite: « Après 10 ans en pratique privée, au cours desquels j’avais vu l’envers de la médaille dans le monde des affaires, j’avais envie d’œuvrer au niveau stratégique. Travailler pour une banque ajoutait en plus un degré de complexité qui me stimulait. Et je n’ai pas été déçue en la matière, car des défis, j’en relève sans cesse depuis mon arrivée à la Laurentienne ! »

Toute aussi heureuse, Chanelle Charron-Watson, Directrice des services juridiques chez Bombardier Inc., a reçu le Prix Litige & Gestion de risques. « Ce que j’aime le plus dans mon métier, a-t-elle indiqué, c’est d’avoir de l’effet sur le terrain, de travailler avec toutes les unités d’affaires et d’avoir un impact positif sur les opérations. Je sens que j’aide vraiment mes collègues et ma direction dans la vie quotidienne, et ça me remplit de fierté. »

Martin Cossette
Martin Cossette
Au sortir de ces deux premières remises de prix, il était temps de sabrer les premières bouteilles de champagne et de manger au son de l’orchestre. Une heure plus tard, alors que les assiettes à desserts se desservaient, les convives étaient presque tous debout, évoluant de table en table, attendant impatiemment le reste du cérémonial.

Ce dernier a redémarré sur les chapeaux de roue avec la remise du Prix Excellence en affaires, remporté par Martin Cossette, Premier Vice-président, Stratégie de l’entreprise et Secrétariat corporatif, ainsi que Directeur général de Bell Capital de risque / BCE Inc / Bell Canada.

Celui qui cumule plus de 20 ans de carrière nous a rappelé que « Le droit mène à tout. C’est une formation large qui nous conduit à travailler sur des dossiers très diversifiés. Donc au fil des années, si on veut évoluer, on peut le faire en intégrant des entreprises. C’est un bon tremplin professionnel. »

Par la suite, ce fut au tour de Nicolas Vanasse, Vice président, Chef des Affaires juridiques et Secrétaire pour MDF commerce inc. d’être honoré dans la catégorie Prix du Conseiller juridique, service juridique de petite et moyenne taille.

Nicolas Vanasse
Nicolas Vanasse
« Ce qui est amusant, a-t-il avoué, c’est que j’avais déjà gagné par le passé le Prix du Conseiller juridique d’avenir. Clairement, les juges ne s’étaient pas trompés, ha ha! Alors, je ne sais pas si un Prix ZSA change une vie, mais il est clair que c’est gratifiant de voir mon travail et celui de mon équipe salués, j’en suis très heureux. »

Les deux derniers prix du gala étaient sans aucun doute les plus attendus. Avec beaucoup d’émotion – et un discours de plus de 10 minutes, le nouvellement retraité de la Financière Banque Nationale François Lavallée a reçu le Prix Mérite de carrière.

Il a retracé son parcours au sein de cette institution, dans laquelle il était le seul conseiller juridique à son arrivée en 2003. « J’ai réussi à montrer la valeur ajoutée d’engager d’autres avocats, si bien qu’aujourd’hui, il y a plus de 41 personnes, dont une trentaine de juristes et parajuristes, travaillant pour cette entreprise qui est passée d’une stature provinciale à internationale. Je suis particulièrement fier de cet accomplissement et surtout des gens, meilleurs que moi à bien des égards, que j’ai réussi à recruter » a-t-il indiqué.

François Lavallée
François Lavallée
Le tout dernier récipiendaire de la soirée, vainqueur du Prix Chef des affaires juridiques de l’année, assorti d’une bourse de 5000 dollars remise à un établissement universitaire au choix, a été remporté par Luc Boucher, Vice-président et Chef des affaires juridiques au Mouvement Desjardins. « J’ai trouvé la marche jusqu’au podium très longue, nous a-t-il avoué en riant. J’étais concentré à ne pas trébucher parce que je me sentais littéralement flotter ! »

Ce conseiller juridique débordant d’humour a livré, en plus des remerciements habituels, un vibrant hommage à son épouse sur scène, en disant que « Même si j’ai des journées de fou ou difficiles, je sais qu’en rentrant à la maison, je pourrai avoir des soirées faciles. Merci pour tout cela, ma chérie ».

Luc Boucher
Luc Boucher
Et c’est d’ailleurs avec autant d’humanité, parce qu’après tout, le monde juridique et le monde des affaires renferment de précieux humains, qu’il a tenu à adresser aux jeunes du milieu juridique un conseil très inspirant : « Faites-vous confiance et amusez-vous ! On a tendance à vouloir se spécialiser très rapidement dans le droit, mais il n’y a rien de pire et de plus monotone qu’une pratique qu’on contrôle de bout en bout. Alors prenez le temps, pendant vos premières années de carrière, de voir et d’expérimenter des choses. N’hésitez pas à vous mettre en danger. Et surtout, entourez-vous de gens qui vous accompagneront dans votre croissance personnelle et qui feront de vous de meilleurs praticiens. »

3522

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires