Nouvelles

Action collective autorisée contre Epic Games

Main image

Radio -canada

2022-12-08 12:00:00

Une action collective avait été déposée en octobre 2019 au nom de trois parents québécois de joueurs mineurs…

Mes Faiz Munir Lalani, Nick Rodrigo et Jessica Major. Source: Site web de Davies Ward Phillips & Vineberg
Mes Faiz Munir Lalani, Nick Rodrigo et Jessica Major. Source: Site web de Davies Ward Phillips & Vineberg
Le juge de la Cour supérieure du Québec, Sylvain Lussier, a autorisé mercredi une action collective contre Epic Games, la société qui a conçu le célèbre jeu vidéo en ligne Fortnite.

Ce sont trois parents québécois qui, en octobre 2019, ont déposé une demande d’action collective contre l’entreprise représentée par Mes Faiz Munir Lalani, Nick Rodrigo et Jessica Major de Davies Ward Phillips & Vineberg, alléguant que le jeu Fortnite crée une dépendance chez ses adeptes.

Mes Gabriel Bois, Benjamin Tavernier-Labrie, Alessandra Esposito Chartrand et Jean-Philippe Caron. Source: Site web de CaLex Légal
Mes Gabriel Bois, Benjamin Tavernier-Labrie, Alessandra Esposito Chartrand et Jean-Philippe Caron. Source: Site web de CaLex Légal
Les demandeurs représentés par Mes Gabriel Bois, Benjamin Tavernier-Labrie, Alessandra Esposito Chartrand et Jean-Philippe Caron de CaLex Légal ainsi que Me Rory McGovern, assimilent la dépendance à ce jeu à celle que peut créer l’héroïne ou la cocaïne », soulignant que l’Organisation mondiale de la santé avait classé la dépendance aux jeux vidéo comme une maladie en 2018.

Selon les demandeurs, « les symptômes de la dépendance à Fortnite sont physiques et psychologiques et incluent des migraines, des douleurs dorsales et cervicales, des manquements à l’hygiène de base, des troubles du sommeil ainsi que des troubles sociaux importants ».

Me Rory McGovern. Source: Site web de Me Rory McGovern
Me Rory McGovern. Source: Site web de Me Rory McGovern
Selon le document de justice, le fils d’un des demandeurs a reçu un diagnostic de cyberdépendance établi par un médecin de garde dans un CLSC du Bas-Saint-Laurent.

En plus des conséquences physiques et psychologiques, « la dépendance à Fortnite encouragerait des dépenses excessives puisque les joueurs dépenseraient sans compter et achèteraient des V-Bucks, dont il serait très difficile de traduire la valeur en monnaie courante ».

Les V-Bucks sont de l’argent Fortnite qu’on peut se procurer avec de l’argent réel; ils permettent aux joueurs de faire des achats d’accessoires dans ce jeu.

Les audiences ont eu lieu à Montréal les 6 et 7 juillet derniers.
6404

4 commentaires

  1. DSG
    la dépendance aux jeux vidéo
    These class action lawsuits get more and more frivolous. If these parents think that video games are addictive, just wait and see what happens when their kids discover porn sites. They won't be playing video games anymore, that's for sure.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a un an
      Watabaoutte Candy Crush ?
      Si une action collective est autorisé contre Epic Games, il devrait y en avoir 10 contre la société qui exploite la série de jeux Candy Crush.

  2. Félix
    Félix
    il y a un an
    contre fornite
    j’ai commencé à jouer à fornite vert 2019 et je passais litéralement 5 à 7 h sur ce jeux.de plus ce jeux est consumé pour vous manipuler et je peut vous dire que sa marche car l’envie d’avoir de nouveau skin, pioche, revêtement ma forcé a voler de l’argent à mon père alors que j’avais seulement 10 ans je ne souhaite pas dire le montant mais je peut vous dire que c’est un nombre à 3 chiffre. haujourd’ui je regrette tellement et je souhaite me batte pour tout les gens qui ont été manipuler par fornite merci de m’avoir lus

  3. Marco DAntonio
    Marco DAntonio
    il y a un an
    Peu t-on signer
    Bonjour,

    Est-il possible de signer cette pétition ?

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires