Carrière et Formation

L’avocat corpo à vélo!

Main image

Camille Dufétel

2023-03-03 15:00:00

Il part travailler à vélo de La Prairie à Montréal et s’engage avec un collègue à sensibiliser la communauté juridique aux enjeux climatiques. Qui est cet associé ?

Me Antoine Tremblay
Me Antoine Tremblay
Depuis l’automne 2022, dès qu’il doit se rendre à son bureau, dans le Vieux-Montréal, Antoine Tremblay, associé chez Morency, enfourche son vélo à assistance électrique acheté localement.

Ce pro du droit des affaires effectue une vingtaine de kilomètres, puisqu’il part de La Prairie. Cela lui prend 45 à 55 minutes. Une manière d’agir à son niveau pour ce Barreau 1992, qui a eu une véritable épiphanie sur le plan environnemental.

Aujourd’hui, l’avocat est bien décidé à conscientiser ses pairs vis-à-vis de la lutte aux changements climatiques.

Me Tremblay, qui se qualifiait au départ d’environnementaliste ordinaire, « plus discret », explique que plusieurs déclics ont changé la donne. La canicule importante de l’été 2018 au Québec l’a mené à une prise de conscience davantage aigüe.

« Je croyais au réchauffement climatique, ça faisait longtemps qu’on en parlait, mais pour la première fois, je voyais sur le thermomètre de ma voiture qu’il faisait 40 degrés, se souvient-il. Je n’avais jamais vu ça de ma vie. »

À ce premier jalon s’en ajoute un autre, en février 2020, quand un investisseur dans les « cleantech », ou énergies propres, lui a indiqué qu’il serait bien possible qu’on finisse par frapper un mur, en continuant à vivre sans agir.

Un dimanche d’avril 2020, alors que la pandémie de COVID-19 frappait le monde, c’est une chronique de livre de La Presse qui l’a interpellé.

Le titre du livre étant « La Terre inhabitable : vivre avec 4 °C de plus » de David Wallace-Wells, journaliste américain, paru aux éditions Robert Laffont.

« C’est un titre assez choc et cette chronique a frappé mon imaginaire, explique-t-il. Parallèlement, beaucoup d’argent était investi par les gouvernements pour pallier le ralentissement économique dû aux mesures restrictives de la pandémie, avec des montants spectaculaires. »

L’avocat a remarqué que si on entendait parler des enjeux climatiques, il n’y avait pas en face de « mesures gouvernementales concrètes », comparativement à ce qui a été fait pour la pandémie.

Sa prise de conscience s’est alors intensifiée. « Je me suis demandé ce que je pouvais faire pour contribuer à la lutte aux changements climatiques », pointe-t-il.

Formation et mobilité durable

Sa première action a été de rejoindre le Comité vert et responsabilité sociale de son cabinet, au départ « conduit par des jeunes du bureau ».

Avec les membres du Comité vert, l’associé a estimé qu’un moyen d’action intéressant était de proposer des formations pour sensibiliser les professionnels du droit aux questions environnementales.

En 2021, le Comité a d’abord monté une formation interne, baptisée « L’Accord de Paris démystifié », puis reprise au Grands Rendez-Vous de la Formation avec un contexte canadien et international, le 10 février au Palais des congrès de Montréal.

Intitulée « Cadre juridique international et canadien de lutte aux changements climatiques », celle-ci visait à vulgariser le contenu de ce cadre juridique.

Me Julien Pennou
Me Julien Pennou
Avec Me Julien Pennou, Barreau 2010, Me Tremblay a passé succinctement en revue l’''Accord de Paris, la Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité'', le concept de Bourse du carbone en vigueur au Québec, la Taxe sur le carbone au Canada et le renvoi de la Cour suprême du Canada portant sur cette dernière taxe, rendu en 2021.

Certains concepts liés à la finance climatique et à la justice climatique ont également été présentés.

La deuxième action de Me Tremblay a donc été celle de venir travailler à vélo deux à trois jours par semaine. Un « petit pas », mais il suffit qu’une personne s’y mette pour en motiver d’autres, estime l’avocat, qui croit à l’effet d’entraînement.

L’hiver, dans la neige, il utilise un vélo « plus bas de gamme » pour éviter d’endommager celui à assistance électrique avec le calcium, mais l’idée est la même. Pour lui, c’est aussi agréable que le ski de fond, voire plus.

Il y voit un bénéfice environnemental, un autre au niveau de la santé, et en dernier lieu, quelques économies en frais de transport.

Me Antoine Tremblay
Me Antoine Tremblay
Un vent de changement

Si Me Tremblay n’a pas l’impression que les avocats « soient très versés » sur les enjeux climatiques, il croit que le vent de changement est amorcé au sein du Barreau, notamment grâce à Me Bruno Caron, de Miller Thomson.

En juin 2022, ce dernier déposait une résolution de dernière minute à l’Assemblée générale du Barreau, l’exhortant à prendre des initiatives pour inciter ses membres à jouer un rôle dans la lutte contre les changements climatiques.

La résolution avait été adoptée à la majorité des voix. Quelques mois plus tard, son cabinet lançait un nouveau groupe de pratique « Responsabilité sociale des entreprises et marché du carbone ».

C’est à la suite de l’adoption de cette résolution de juin 2022 que Me Tremblay a eu un son de cloche du Barreau du Québec pour présenter sa formation. Il a toutefois été déçu par le nombre de participants, environ 45 personnes.

« J’aurais aimé avoir une salle bondée, non pas pour avoir les projecteurs sur moi, mais pour passer le message devant un auditoire un peu plus large », remarque Me Tremblay.

Cette conférence sera probablement reprise plus tard dans l’année, dans le cadre d’un Webinaire organisé par le service de la formation permanente du Barreau du Québec.

« J’en arrive à la conclusion qu’il y a urgence d’agir et je n’ai pas l’impression que dans la population, incluant les membres de la communauté juridique, on partage ce sentiment », déplore l’associé.

Voici pourquoi Me Tremblay aimerait contribuer à développer cette conscience chez les autres. Il n’est toutefois pas pessimiste et a même de l’espoir.

Il croit notamment que la finance climatique constitue une des réponses… et pense qu’il faut, entre autres, s’attaquer à la problématique de l’auto solo.
7537

5 commentaires

  1. Eve Poirier
    Eve Poirier
    il y a un an
    Avocate
    Bravo pour tes initiatives Antoine! Un beau modèle à suivre.
    Dans la foulée de cet article, il est intéressant de noter que l'Autorité des marchés financiers a récemment mis sur pied une direction l'encadrement et de la surveillance de la finance du durable. Cela s'inscrit dans le rôle que joue l'Autorité pour s'assurer que les acteurs du secteur financier fournissent une information de qualité, notamment en ce qui concerne les facteurs ESG, pour permettre aux investisseurs de prendre des décisions d'investissement éclairées, en lien avec leurs valeurs environnementales entre autres, et ainsi contribuer à la transition vers la carboneutralité.
    C'est la somme de tous les gestes, petits et grands, qui compte et chacun de nous peut être un accélérateur de changement.

  2. Maître Vélo
    Maître Vélo
    il y a un an
    Télétravail
    Une façon simple de diminuer les émissions liées aux déplacements des avocats au centre-ville ? Permettre le télétravail !

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a un an
      Et permettre l'accès aux douches des palais de justice
      Au palais de justice de Montréal, les douches au 2ième étage (à côté du verstiaire des avocats) ne sont accessibles qu'au personnel du palais et aux avocats de la fonction publique.

  3. DSG
    So what
    Riding a bike for 55 minutes has the same effect as dimming your toaster by 1 or 2 settings. Maybe he should take the bus and spend his time reading about science.

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    DSG gets it wrong again ! You should listen to Trump !!!
    "has the same effect as dimming your toaster by 1 or 2 settings."


    Au mieux, l'effet est nul (et souvent c'est pire), car il faut faire faire plusieurs cycles au "toaster" pour en arriver au même résultat.

    Donald Trump avait démoli le type d'argument que vous mettez de l'avant, en parlant de la robinetterie écolo qu'on fini par actionner à répétition, afin d'obtenir la quantité d'eau dont ont a besoin.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires