Nouvelles

Le Barreau s’est-il définitivement débarrassé d’Alain Richard ?

Main image

Alain Bisson

2011-06-03 08:30:00

Le Barreau du Québec tient actuellement son congrès annuel à Gatineau. L’ex-publicitaire Alain Richard ne devrait pas en être…

Déjà considéré plaideur quérulent par la justice, l’ex-publicitaire Alain Richard est déclaré ''persona non grata'' au Barreau du Québec par une injonction permanente émise lundi par la Cour supérieure.

La décision du juge Claude Auclair empêche M. Richard de harceler le Barreau, ses officiers, ses employés, ses membres et ses représentants et lui interdit de leur écrire de quelque façon que ce soit ou de les mettre en demeure.

Le magistrat a cependant conservé à M. Richard la possibilité de se faire représenter par un membre du Barreau, éventuellement.

Alain Richard ne pourra plus harlecer le Barreau du Québec
Alain Richard ne pourra plus harlecer le Barreau du Québec
« Le Tribunal est convaincu qu'il fait face à un individu extrêmement intelligent mais qui, par tous les moyens, désire nourrir sa propension et sa paranoïa de victime », avance le juge Auclair, dans sa décision.

« Sinon, comment expliquer que dans ses procédures en défense il continue de défier et d'inviter à un duel de procédures Me Gérald R. Tremblay (Ndlr: associé chez McCarthy et ex-bâtonnier du Québec), tout comme il l'avait fait dans l'affaire de M. Gougoux (Yves) ? Tout comme après avoir retiré sa requête en récusation, il continue à tenter d'intimider le Tribunal en laissant planer qu'il n'y a pas de justice et en insinuant qu'il est toujours une victime et à voir des complots là où il n'y en a pas. »

« Le Tribunal est convaincu que sans une ordonnance permanente, le défendeur recommencera son manège puisque aucune compensation pécuniaire ne l'affecte. Une condamnation pécuniaire ne peut atteindre de tels individus; seule la peur d'aller en prison peut les réduire au silence », ajoute le juge.

Selon le jugement, c’est une photo prise par l’avocat Tremblay, alors qu’un huissier venait lui remettre une mise en demeure du cru de M. Richard, qui a déclenché une réaction en cascade de ce dernier et une avalanche de procédures et de courriels envoyés à la rose des vents du Québec juridique.

Le 20 mars 2008, M. Richard écrit une lettre au bâtonnier du Québec pour se plaindre de Me Tremblay. Le 9 avril, le Comité de discipline du Barreau rejette la plainte de M. Richard contre l’avocat. Deux jours plus tard, M. Richard dépose une procédure tarabiscoté aux allures de requête en révision. Le Barreau réplique le 27 avec une mise en demeure.

Gérald Tremblay, associé chez McCarthy et ex-bâtonnier du Québec, a retrouvé le sourire...
Gérald Tremblay, associé chez McCarthy et ex-bâtonnier du Québec, a retrouvé le sourire...
Quelques jours plus tard, M. Richard avise le Barreau que le nom de domaine batonnier.qc.ca, qu’il a acquis en mars, sera mis en vente aux enchères sur eBay. Le 5 mai, il envoie plus de 300 courriels à de nombreux membres de la communauté juridique québécoise.

Au cours du même mois, M. Richard fait l’acquisition du nom de domaine geraldRTremblay.com.

Le 3 juin, le tribunal émet une ordonnance provisoire lui interdisant de contacter toutes les personnes liées au Barreau au moyen de l’adresse geraldRTremblay.com.

Et ainsi de suite, par pur esprit de vengeance, a-t-il avoué, jusqu’au début de l’audition pour l’injonction permanente, en mars 2011, au cours de laquelle M. Richard a demandé au juge Auclair de se récuser parce qu’il a soutenu – faussement – que le juge a assisté à la cérémonie d’intronisation de Me Tremblay à titre de bâtonnier, à Québec. M. Richard a retiré cette demande par la suite.

Le juge Auclair résume ainsi le comportement de M. Richard dans cette affaire et leurs conséquences : « Pour paraphraser mon collègue Jean-Claude Larouche dans l'affaire Champagne[1] : les propos abusifs, diffamants, vexatoires, mensongers, harcelants et l'acharnement dont a fait preuve M. Richard sont un peu comme les feuilles mortes qui tombent d'un arbre et qui s'envolent au vent d'automne. De même qu'il est impossible de ramasser les feuilles ainsi dispersées, il en est de même de la diffamation et du harcèlement ».

Cliquer ici pour lire le jugement
9552

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires