Pierre Arcand

Prendre mon mal en patience ou démissionner?

Main image

Pierre Arcand

2013-03-05 08:30:00

Un jeune avocat qui s'ennuie dans son travail, se demande s'il ne devrait pas plutôt démissionner. Pierre Arcand lui répond.

Question

Monsieur Arcand,

Barreau 2010, je travaille avec un avocat (pratique solo) depuis presque deux ans. Il n'y a plus de défi intéressant au travail, peu de volume, trop de tâches administratives de gestion de bureau et l'avocat est peu motivant. Je suis au point de trouver la profession d'avocat très plate. La recherche d'emploi est peu fructueuse ; je suis toujours le deuxième meilleur et non la personne retenue. Est-ce fatal ou du moins une grosse erreur pour le CV si je démissionne?

Réponse

Cher lecteur,

Oui ce serait une erreur de démissionner bien qu’elle ne serait probablement pas fatale, pour employer votre expression. Comme je l’ai déjà mentionné à plusieurs reprises, un candidat sans emploi apparait habituellement moins intéressant qu’un candidat prêt à quitter son poste pour rejoindre une autre entreprise ou un cabinet.

Me Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Me Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Il y a diverses raisons qui expliquent cette situation, mais la principale est qu’un candidat sans emploi donne l’impression qu’il est mal pris et parfois, ce n’est pas qu’une impression. Par conséquent, il est permis de croire qu’il acceptera le premier emploi qui lui sera proposé, même s’il ne lui convient pas, au risque de le quitter dès qu’une meilleure proposition lui sera faite.

Un employé qui part d’une entreprise après une période courte, est une situation que tout employeur veut éviter car son embauche aura nécessité un investissement important en formation et supervision. Mais aussi parce que son départ aura d’autres impacts sur l’entreprise tel que la perception à l’externe des conditions de travail chez cet employeur. Trop de roulement de personnel au sein d’une entreprise amène inévitablement l’apparition de rumeurs dans l’industrie. Les gens vont commencer à se poser des questions sur les motifs de cette instabilité. Il est possible que dans le futur certains excellents candidats hésitent à accepter le poste en se disant qu’il y a probablement une raison expliquant le départ rapide de la personne ayant occupé le poste précédemment. L’employeur voulant éviter de vivre cette situation aura tendance à se tenir loin des candidats potentiellement "volages".

Outre la perception d’urgence se dégageant d’un candidat sans emploi, celle reliée aux qualités dudit candidat doit également être considérée. Dans les premiers mois suivant votre démission, vous ne verrez probablement pas de différence mais plus votre statut sans emploi durera, plus il jouera contre vous. En plus de renforcer la perception d’urgence, les employeurs se poseront la question suivante : si vous êtes une perle rare, pourquoi êtes-vous toujours sur le marché ? Cette simple question crée un doute désavantageant grandement le candidat.

Voilà essentiellement pourquoi il serait préférable pour vous de ne pas démissionner, en plus du fait que votre emploi actuel vous permet de mettre du beurre sur la table. Je rajouterai que l’erreur ne serait pas fatale car il n’est pas impossible de passer outre les perceptions générées par le statut de sans emploi. De plus, il y a certains aspects positifs à se retrouver dans cette situation notamment le fait que vous pouvez vous consacrer à 100% à votre recherche d’emploi, que vous êtes disponible pour commencer le lendemain, ou que vous pouvez accepter des contrats à durée déterminée. Que des éléments jouant en votre faveur, sans qu'ils contrebalancent pour autant les perceptions négatives énoncées précédemment.

Je terminerai en soulignant qu’une bonne discussion avec votre employeur actuel pourrait aider à corriger certains des problèmes que vous vivez. Il est évident que s’il n’a pas assez de mandats, il ne peut pas en créer pour votre bon plaisir.Cependant, il peut peut-être vous impliquer dans d’autres dossiers ou encore trouver comment vous utiliser à meilleur escient. Je doute que la situation puisse s’améliorer au point de vous rendre pleinement heureux, mais ce n’est pas le but recherché. Vous voulez simplement rendre votre travail plus intéressant et vous permettre de patienter en attendant de trouver quelque chose de mieux.

J’espère que ma réponse vous sera utile et je vous souhaite une bonne semaine.


Chaque semaine, le recruteur juridique Me Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.
9465

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires