Nouvelles

Les avocats sinistrés de Lac-Mégantic

Main image

Agnès Rossignol

2013-07-10 15:00:00

La tragédie de Lac-Mégantic touche aussi des avocats. Sur les sept qui pratiquent dans la municipalité, cinq ont quasiment tout perdu; il ne reste plus rien de leurs bureaux respectifs. Qui sont-ils?

Me Daniel Larochelle a perdu son bureau et n'a plus accès à sa maison
Me Daniel Larochelle a perdu son bureau et n'a plus accès à sa maison
Sur les sept avocats de Lac-Mégantic, cinq sont sinistrés. Se trouvant tous sur la rue Frontenac dans la zone proche de l'explosion,

Me Daniel Larochelle, membre du Barreau du Québec depuis 1998, il pratique principalement en droit des assurances. Me Larochelle est sans doute le plus sinistré : il a perdu son bureau et n'a plus accès à sa maison.

« Le feu a pris à 500 pieds de ma maison et je n’ai plus d’eau ni d’électricité », dit celui qui a perdu 20 à 25 amis dans la catastrophe.

Marie-Ève Maillé du cabinet Monty Coulombe
Marie-Ève Maillé du cabinet Monty Coulombe
Il est certain, selon ses dires, qu'il aura besoin dans les semaines à venir de renfort en ressources humaines compte tenu de l'augmentation du nombre de mandats qui s'annonce. Bien que non endommagée sa maison se trouve en zone rouge inaccessible pendant un an voire deux. Il loge actuellement chez des amis à l'auberge Victorine où il a installé son bureau. Deux autres édifices commerciaux qui lui appartiennent ont été rasés. Il s’affaire à reconstruire ses 200 dossiers actifs en contactant ses confrères. Il demande d'ailleurs à ses confrères avec qui il traite de lui envoyer copie de l'ensemble des pièces des dossiers qu'ils ont en commun.

Me Chantal Larochelle, membre du Barreau depuis 2005. Situé sur la rue principale, il ne reste plus rien de son bureau.

Robert Giguère du cabinet Monty Coulombe
Robert Giguère du cabinet Monty Coulombe
Me Marie-Ève Maillé et Me Robert Giguère, respectivement membre du Barreau depuis 2011 et 1978, sont les deux avocats du bureau de Lac-Mégantic du cabinet Monty Coulombe, œuvrant principalement en droit familial et droit immobilier. Le 9 juillet, le cabinet indiquait dans un communiqué : "suite à la destruction de notre bureau au centre-ville de Lac-Mégantic, toute notre équipe travaille présentement d’arrache-pied à reconstituer une place d’affaires dans les meilleurs délais". Ces deux avocats interrogés indiquent qu'ils seront opérationnels la semaine prochaine. Ils ont deux nouveaux locaux, l'un d'eux ayant une épouse notaire. Leur maison est toujours debout et ils n'ont perdu aucun proche parent.

Me Nathalie Gaulin, membre du Barreau depuis 2004 travaillait au bureau d’aide juridique de Lac-Mégantic. Son bureau a également été entièrement détruit.

Gloriane Blais se considère
Gloriane Blais se considère "extrêmement privilégiée" comparé à ses confrères qui ont tout perdu
Me Chantal Dion est avocate à la ville de Lac-Mégantic et membre du Barreau du Québec depuis 1991. Les bureaux de la ville ne sont pas sinistrés. Cette tragédie n'a donc pas d'impact direct sur le travail de Me Dion ni actuellement ni dans l'avenir, indique t’elle, excepté les déclarations d'état d'urgence qui affluent.

Me Gloriane Blais, avocate et médiatrice, est membre du Barreau du Québec depuis 1999. Elle pratique en responsabilité civile et professionnelle et droit des affaires. Me Blais se considère "extrêmement privilégiée" comparé à ses confrères qui ont tout perdu. Le 9 juillet, Me Blais a pu visiter son bureau. Quoique situé dans la zone rouge sinistrée inaccessible, celui-ci n'a subi aucun dommage. Elle rencontre ses clients en salle de conférence externe. Elle indique par ailleurs n'avoir subi aucune perte humaine au sein de ma famille. "Se tenir debout afin de ne pas être oublié" est son mot d'ordre, inspiré de ses combats dans ses dossiers en responsabilité afin que l'état de victime soit compensé à juste titre. "Je souhaite ardemment que le ou les fautifs, les assureurs et les gouvernements respecteront leurs obligations respectives", commente Me Blais.

Le Barreau en renfort

Maxime Bernatchez, Bâtonnier du Barreau de Saint-François
Maxime Bernatchez, Bâtonnier du Barreau de Saint-François
Le Syndic du Barreau du Québec et le Barreau de Saint-François travaillent de concert et collaborent avec chacun de ces avocats afin que soient prises toutes les mesures nécessaires pour qu'ils retrouvent rapidement leur activité. Le Barreau du Québec est en contact avec le Ministère de la justice pour permettre aux avocats d'avoir accès aux greffes des tribunaux afin de reproduire leurs dossiers physiques et communiquer avec leurs confrères adversaires dans leurs dossiers.

Les juges coordonnateurs de l'Estrie collaborent afin qu'aucun jugement ne soit rendu par défaut dans les dossiers où sont impliqués les avocats sinistrés, nous informe Me Maxime Bernatchez, Bâtonnier du Barreau de Saint-François. Ce dernier précise également qu'une réunion spéciale aura lieu demain au sein du Barreau de Saint-François.

Par ailleurs, si le Palais de justice n'est a priori pas touché, il se trouve dans la zone rouge sinistrée inaccessible. Me Bernatchez indique que la séance de la Cour supérieure aura bien lieu mardi prochain mais le lieu reste encore inconnu.

Me Claude Provencher, Directeur du Barreau du Québec, précise également que le Barreau est en contact avec les tribunaux et les cours au Québec en vue d'une collaboration pour que les droits des citoyens dans ce drame soient respectés.
17444

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires