Nouvelles

Archambault c. Revenu Québec: la bataille continue

Main image

Agnès Rossignol

2014-05-16 13:15:00

Après avoir obtenu la condamnation de Revenu Québec à lui payer 4 millions de dollars en dommages et intérêt, Jean-Yves Archambault conteste la rémunération et les bonis qui seraient versés aux vérificateurs….

Jean-Yves Archambault
Jean-Yves Archambault
L'ex-dirigeant du Groupe Enico Inc., Jean-Yves Archambault, qui avait tout perdu à la suite d'un contrôle fiscal en 2006 continue son combat contre l'Agence du revenu du Québec (ARQ).

Il a déjà remporté une première bataille devant la Cour supérieure qui , par un jugement rendu le 23 octobre 2013, a condamné le fisc à lui verser plus de quatre millions de dollars - dont deux en dommages et intérêts punitifs - en raison de sa conduite téméraire et de sa malveillance dans la gestion de son dossier .

Alors que la décision a été portée en appel par Revenu Québec, M. Archambault et son avocate, Me Caroline Desrosiers, ont déposé aujourd’hui à la Cour supérieure une requête en jugement déclaratoire afin de faire interdire les bonis et autres récompenses versés aux agents du fisc pour l'atteinte de leurs objectifs de récupération auprès des contribuables, rapporte La Presse .

Le requérant veut « faire changer les choses», et entend faire reconnaître l'intérêt personnel et direct que des vérificateurs à gonfler les cotisations des contribuables.

Me Caroline Desrosiers
Me Caroline Desrosiers
Selon lui, cette situation les mettrait en conflit d'intérêts et serait contraire au Code de déontologie de Revenu Québec . Celui-ci prévoit que « les employés ont la responsabilité de prendre les précautions nécessaires pour éviter de se placer dans une situation de conflit entre leur intérêts personnels et les obligations liées à leur fonction ».

Pour Me Desrosiers cette absence d'impartialité est lourde de conséquence pour les entrepreneurs et donc pour l'économie du Québec.

Dans son jugement, le juge de la Cour Supérieure, Steven Reimnitz, avait reconnu que si un fonctionnaire est récompensé pour les montants qu'il récupère, il est incité à en récupérer davantage, ce qui risque de biaiser son jugement lors de son travail de vérification.

De son côté, l'ARQ nie l'existence de quotas ou autres bonis axés sur les sommes récupérées par les vérificateurs. Selon Stéphane Dion, chef des relations publiques et porte-parole de Revenu Québec, il s'agit d'une information totalement fausse.

Affaire à suivre en appel...
12113

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires