Carrière et Formation

Avocats et cabinets s’exposent sur les réseaux sociaux

Main image

Delphine Jung

2018-03-28 15:00:00

Ils sont devenus un moyen de rejoindre de potentiels futurs clients... Le jeu en vaut-il la chandelle?

Marianne Plamondon, avocate chez Langlois
Marianne Plamondon, avocate chez Langlois
Les avocats et les cabinets sont de plus en plus présents sur les différents médias sociaux que ce soit LinkedIn, Twitter, Facebook et même pour certains, Instagram et Pinterest.

Ainsi, Marianne Plamondon, avocate chez Langlois s’est inscrite il y a quelques semaines sur Facebook et Twitter. Me André Ryan, avocat chez BCF, dispose quant à lui d’une page Twitter qu’il a ouverte en 2011. Son cabinet est présent sur différentes plateformes depuis 2014 voire 2013.

Me André Ryan, avocat chez BCF
Me André Ryan, avocat chez BCF
Pour Stéphanie Kennan, présidente de Bang Marketing, il faut d’abord commencer par se questionner sur le public à rejoindre sur chacun de ces réseaux sociaux. « On ne peut pas copier-coller le contenu. Il faut se demander ce que les gens s’attendent à trouver sur LinkedIn, sur Instagram ou sur Facebook, se demander qui ils sont », dit-elle.

Patrick Pierra, associé et vice-président, affaires et stratégies à 37e Avenue, une agence de contenu, va dans ce sens. « Il faut analyser son format et les attentes de ses utilisateurs », ajoute-t-il.

Stéphanie Kennan, présidente de Bang Marketing
Stéphanie Kennan, présidente de Bang Marketing
Mes Marianne Plamondon et André Ryan l’ont tous les deux bien compris. « J’utilise Twitter plutôt pour relayer des articles d’actualité et suivre les nouvelles. Sur LinkedIn, je rejoins plutôt la communauté professionnelle, le monde des affaires, les collègues et les amis un peu perdus », explique Me Ryan.

« La plupart de mes clients actuels et potentiels sont sur LinkedIn. Ce réseau me permet de garder des liens de confiance », ajoute Me Plamondon qui s’est donnée comme résolution d’être plus présente sur les réseaux sociaux dès cette année.

Mais si certains ont encore mieux compris les subtilités de chaque plateforme, ce sont les conseillers en communication des cabinets.

Les consommateurs imposent, les marques disposent

« Avant, les marques imposaient des choses auprès des consommateurs, aujourd’hui, ces derniers sont beaucoup plus renseignés, ils ne veulent plus se faire imposer une marque. C’est à la marque de montrer qu’elle veut collaborer, écouter, dialoguer et inspirer », explique Marie-Ève Garant, spécialiste relations médias chez Langlois.

Ainsi, les cabinets multiplient leur présence virtuelle.

« Notre page Twitter permet de relayer l’essentiel des nouvelles du cabinet et d’inclure BCF dans l’actualité. Sur LinkedIn, il s’agit surtout de créer une communauté d’employés et de partenaires d’affaires », explique Ludovic Soucisse, conseiller principal aux communications chez BCF, fier d’avancer que plus de 3 000 personnes suivent le cabinet sur LinkedIn.





Twitter peut servir aux avocats à se placer comme des spécialistes, des références dans un certain domaine, comme le suggère Mme Kennan. Elle rappelle cependant que ce réseau social n’a qu’une petite portée au Québec.

« Ceux qui tweet parlent surtout aux journalistes. Ça peut être intéressant si vous voulez développer une carrière d’expert dans les médias », précise-t-elle.

LinkedIn avant tout

Patrick Pierra, associé et vice-président, affaires et stratégies à 37e Avenue
Patrick Pierra, associé et vice-président, affaires et stratégies à 37e Avenue
Dans l’absolu, la présidente de Bang Marketing croit qu’il n’y a que LinkedIn qui soit vraiment pertinent pour les avocats. « C’est un réseau professionnel. Sur les autres, la ligne est fine entre le pro et le perso. Sur LinkedIn on ne s’attend pas à être diverti, à rire et à ce que le propos soit centré sur le personnel », dit-elle.

Pourtant, nombreux sont les cabinets qui ont opté pour une page Facebook. BCF en a même trois, dépendamment du public visé. Langlois est suivi sur la sienne par plus de 1300 personnes, Lavery par 1000 et Gowling WLG par 1500 internautes.

« C’est un lieu parfait pour créer un engagement plus émotif, plus ludique », explique M. Soucisse.


« Facebook nous permet de mettre en avant les événements qu’on organise. Nous avons même commencé à faire des Facebook live », explique de son côté Mme Garant.

Les spécialistes en marketing insistent sur le fait qu’il ne suffit pas de copier-coller une information sur les différentes plateformes, mais de produire pour chacune d’entre elles un contenu adapté.

Marie-Ève Garant, spécialiste relations médias chez Langlois
Marie-Ève Garant, spécialiste relations médias chez Langlois
Cela dit, M. Pierra estime qu’il n’y a « pas non plus mort d’homme » à dupliquer les informations sur les différentes plateformes. « Il ne faut pas oublier que les gens ne sont pas forcément sur tous les réseaux sociaux », dit-il.

Il précise qu’il faut avant tout « être court et efficace. C’est le propre de tout document promotionnel, surtout lorsque les gens n’ont rien demandé. Il faut tout de même donner au contenu une certaine substance ».

Instagram boudé ?

Dans la longue liste des réseaux sociaux, Instagram ne récolte pas vraiment les faveurs. Le média est, pour l’essentiel, axé sur des photographies léchées et des moments du quotidien. « Sauf pour un avocat en solo, qui pratique en droit de la famille…. Il doit parler à monsieur et madame tout le monde alors ça peut être intéressant, mais il faut rester conscient que ça ne peut marcher que si on y dévoile un peu de personnel », dit Mme Kennan.

Instagram de Langlois
Instagram de Langlois
Pourtant, Langlois a fait le pas et dispose d’un compte sur Instagram et même Pinterest. « On utilisait d’abord Instagram pour le recrutement, mais maintenant c’est plus pour inspirer les gens, montrer qui nous sommes, rapporter les beaux moments du quotidien », précise Mme Garant.

Moins convaincu, Ludovic Soucisse explique que BCF a mené l’expérience pour une courte durée. « J’ai réalisé que la courbe de croissance demandait un effort plus important par rapport aux retombées. Ce n’est pas encore clair si Instagram est pertinent pour une entreprise qui vend des services et qui s’adresse à d’autres entreprises », dit-il.

Un engagement quotidien

Ludovic Soucisse, conseiller principal aux communications chez BCF
Ludovic Soucisse, conseiller principal aux communications chez BCF
M. Pierra prévient cependant que c’est un engagement qui a un coût en termes de temps. « Cela dépend des ressources de chacun et de l’importance qu’on veut donner à sa présence sur les réseaux sociaux. Il me semble plus pertinent de publier quelque chose qui soit en phase avec les services rendus et donc de miser plus sur la qualité que la quantité », dit-il.

« Il faut garder en tête que c’est quelque chose à faire par plaisir et si l’emploi du temps le permet », dit de son côté Me Plamondon.

Pour Mme Garant et M. Soucisse, dont l’animation de pages sur les réseaux sociaux est une partie importante de leur travail au quotidien cela demande un peu d’organisation.




« J’ai un calendrier planifié de mes nouvelles publications » précise Mme Garant. M. Soucisse a de son côté le soutien d’une équipe.

En revanche, pas questions pour eux de se mêler des publications de leurs avocats. « Nous leur avons transmis un guide de bonne conduite, mais c’est impossible de faire la police », dit le spécialiste communication de BCF.

« Je compte sur mon jugement d’avocat en litige et sur mon flair pour sentir ce qu’il faut publier ou pas », dit de son côté Me Ryan.
11215

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires