Nominations

Une tempête de nominations!

Main image

Camille Dufétel

2024-01-16 15:00:24

Rien n’arrête les nominations dans les cabinets! Qui est parti où récemment?

Droit-inc vous propose un tour d’horizon des dernières nominations hivernales…

RSS

Du côté de RSS, c’est Me Paula Maurin qui a rejoint le groupe de droit des assurances à Montréal. Elle y a commencé comme étudiante en droit en mai 2021 avant d’y effectuer son stage. Elle a notamment travaillé auparavant quelques années comme conseillère aux entreprises chez Desjardins.

L’avocate est diplômée de l’Université de Montréal où elle a obtenu un baccalauréat en droit après en avoir décroché un autre en études internationales.

Bélanger Sauvé

Me Simon Granosik rejoint le cabinet à Montréal à titre d’avocat, au sein du groupe en droit des assurances et litige civil. Il était déjà stagiaire au sein du cabinet depuis juin dernier. Avant de rejoindre Bélanger Sauvé, Me Granosik a travaillé comme étudiant en droit chez AtkinsRéalis et comme stagiaire chez ADM Aéroports de Montréal.

« Durant son mandat, il a été appelé à soutenir l’équipe dans le cadre de négociations de conventions collectives et à émettre des recommandations en matière de meilleures pratiques en santé et sécurité au travail », note Bélanger Sauvé à propos de cette expérience.

Il est diplômé de l’Université de Sherbrooke.

RPGL Avocats

Me Marie-Ève Noël rejoint RPGL Avocats au sein des secteurs du droit municipal et du litige civil et commercial, à Gatineau.

Le cabinet rappelle que la Barreau 2023 est titulaire d’un diplôme d’études collégiales de parajuriste avec la mention « grande distinction », qu’elle détient un baccalauréat en droit civil de l’Université d’Ottawa et un Juris Doctor en Common Law de l’Université de Montréal.

« Pendant ses études, elle a occupé le poste d’étudiante juridique auprès d’une municipalité de la région et a travaillé étroitement avec le service du greffe », est-il également précisé. Elle a effectué un stage au DPCP et selon son cabinet, grâce à celui-ci, « elle a acquis de l’expérience devant la Cour et maîtrise l’art de la négociation et de la plaidoirie ».

BCF

« Nous vous présentons Noémie Monette, qui poursuivra sa carrière en tant qu’avocate dans l’équipe de droit des affaires à notre bureau de Montréal, suite à son assermentation », a partagé BCF sur LinkedIn en décembre. Son assermentation était prévue le 20 décembre dernier.

Elle a été étudiante en droit puis stagiaire au sein du cabinet et est diplômée de l’Université de Sherbrooke.

Le cabinet précise qu’avant de de compléter son baccalauréat en droit à l’Université de Sherbrooke, elle a obtenu un diplôme d’études collégiales en techniques juridiques. Toujours selon BCF, « ses années d’expérience en tant que parajuriste et ses différents stages complétés ont contribué à affiner son esprit critique et au développement de ses compétences d’analyse et de rédaction ».

Une autre avocate a rejoint le cabinet, au sein de l’équipe de droit des affaires du bureau de Québec. Il s’agit d’Ariane Filion-Thériault, dont l’assermentation était pour sa part prévue le 19 décembre dernier.

« Lors de ses études, Ariane s’est notamment démarquée en remportant la 48e édition du concours de la Coupe Gale 2021, concours de plaidoirie bilingue canadien, souligne le cabinet. En plus de son baccalauréat en droit de l’Université Laval, Ariane détient un baccalauréat et une maîtrise en interprétation de la musique du Conservatoire de musique de Québec, ainsi qu’une maîtrise en didactique instrumentale de l’Université Laval ».

Elle a également travaillé comme étudiante en droit puis stagiaire en droit au sein du cabinet avant d’y devenir avocate.

2658

3 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 mois
    Piercings
    Je ne crois pas qu'une avocate devrait avoir un piercing en plein visage entre le nez et la lèvre. Ce n'est pas professionnel.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 6 mois
      Ok.
      Ok.

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 mois
    Professionnel?
    Pour ma part, je ne crois pas qu’une avocate devrait gratuitement et publiquement juger, sous couvert d’anonymat, l’apparence physique d’une consœur. Ce n’est pas professionnel, c’est même tout à fait déplacé.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires