Le juge Pierre Chevalier a «exprimé le souhait de ne plus recevoir de dossiers»
Le juge Pierre Chevalier a «exprimé le souhait de ne plus recevoir de dossiers»
Le juge Pierre Chevalier a «exprimé le souhait de ne plus recevoir de dossiers» selon le bureau de la juge en chef de la Cour du Québec, Élizabeth Corte, apprend-t-on dans La Presse.

Selon le journal, des sources judiciaires n'ont pas hésité à parler de «démission» pure et simple. D’autant plus qu'une plainte avait été faite au Conseil de la magistrature suite aux propos controversés sur les lois sur le cannabis que le juge de l’Outaouais avait tenu en novembre dernier.

Le juge Chevalier avait alors estimé que ces lois étaient « désuètes et ridicules ».

Un poste de surnuméraire?

Selon Me Annie-Claude Bergeron, adjointe exécutive de la juge en chef, il ne s’agirait pas d’une démission puisque le juge occupait un poste de surnuméraire. « Comme juge retraité, il souhaitait tout simplement être retiré de la liste des suppléants», a-t-elle indiqué.

Selon la Gazette officielle du Québec, datée de mai 2015, le juge à la retraite était «sur la recommandation de la ministre de la Justice, autorisé à exercer les fonctions judiciaires (...) pour la période s'échelonnant du 1er juin 2015 au 31 mai 2016».

Quant au bureau de la ministre de la Justice et députée de Gatineau, Stéphanie Vallée, il n'a pas commenté, indiquant ne pas être au courant de la nouvelle.

Pour rappel, le juge Chevalier avait imposé à Mario Larouche, âgé de 46 ans une amende symbolique d'un dollar après que ce dernier fut arrêté pour possession de 30 plants de cannabis, le 26 novembre dernier.

L’accusé avait alors expliqué à la cour avoir tenté d'obtenir une prescription d'un médecin afin de consommer de la marijuana dans un but thérapeutique.

Extraits des propos controversés du juge :

« Monsieur est dans un système tout croche où on ne donne pas accès aux gens à une médecine naturelle qui remonte à des siècles, des millénaires (...) Et je pense que la société va se déniaiser de ce côté-là, du moins du côté des politiciens. On a en un qui est responsable présentement et qui n'aura probablement pas peur d'aller dans cette direction-là. On a stagné au Canada de ce côté-là, parce que politiquement, le peuple n'était probablement pas prêt à ce que les lois évoluent à ce niveau-là. Les politiciens irresponsables ont simplement laissé des choses croupir parce que c'était pour leur faire perdre des votes.»

«On est dans une société où on accuse les gens de possession et consommation de marijuana alors que plus que la moitié de la population en a déjà consommé. Ce sont des lois qui sont désuètes et ridicules. Quand on est en présence de lois où il faudrait que plus de la moitié de la population ait un dossier criminel au Canada... Et probablement la plupart des procureurs de la Couronne et de la défense, et peut-être des juges, mais je ne me prononcerai pas là-dessus. Alors je pense qu'il est temps qu'on regarde de façon beaucoup plus clémente les choses qui se passent.»