Un ex-juge condamné pour avoir volé 250 000 $ à une église
Un ex-juge condamné pour avoir volé 250 000 $ à une église
Ronald Houlahan, un ancien juge de la Cour des petites créances de l’Ontario, a écopé d’un an d’emprisonnement avec sursis pour avoir dérobé 250 000 $ à une église catholique durant plusieurs années, rapporte TVA Nouvelles.

L’ancien juge, âgé de 76 ans, qui évolue dans le milieu juridique depuis 49 ans, devra donc passer la prochaine année en réclusion à son domicile.

C’est durant ses huit années sur le comité du cimetière de l’église St. Patrick’s Fallowfield, située à Nepean, petite ville annexée à Ottawa, qu’il a détourné cet argent. Il l’a ensuite utilisé pour payer ses comptes de cartes de crédit, son cellulaire, ses frais de bureau, ses assurances et même son service de télévision par câble.

La juge Lynn Ratushny a été magnanime, estimant que M. Houlahan est une « bonne personne » et un « volontaire généreux qui s’est permis d’oublier que les fonds du cimetière ne devaient pas être utilisés comme il le souhaitait ». Pour ces raisons, la juge Ratushny a évité de décerner une peine de prison ferme à l’ancien juge.

L’avocat de Ronald Houlahan, Patrick McCann, a affirmé que son client avait déjà restitué 70 000 $. Il avait toujours eu l'intention de rembourser l'argent, même si cela ne s'est jamais produit. Selon Me McCann, son client est simplement débordé de toutes ses obligations. Il a soutenu en cour que l’ex-juge et sa femme ne menaient pas un style de vie somptueux avec l'argent détourné. Au lieu de cela, il a été « gaspillé » en soutenant sa pratique juridique en difficulté, a déclaré Me McCann.

L'avocat adjoint de la Couronne, John Semenoff, a déclaré qu'un bris de confiance, comme dans le cas de Houlahan, exige habituellement un emprisonnement. Il a suggéré qu'une peine d'emprisonnement de 12 à 15 mois serait appropriée, mais il a reconnu que l’âge de l’accusé pouvait être reconnue comme une circonstance exceptionnelle.

Ronald Houlahan, contrit, s'est excusé devant ses collègues paroissiens, le prêtre de la paroisse, les autres membres du comité du cimetière, sa famille et d'autres avocats et juges « pour la honte et l'embarras » qu'il a causés.
L’homme a aussi perdu son permis pour pratiquer le droit.