Michel Tooktoo estime avoir vu ses droits bafoués lors de son procès
Michel Tooktoo estime avoir vu ses droits bafoués lors de son procès
Michel Tooktoo estime avoir vu ses droits bafoués lors de son procès alors qu’il était accusé de divers crimes contre la personne.

Sur 19 mois de détention, il a été convoqué 14 fois en cour et chaque fois l’audience a été reportée. Cet Inuk, à l’aube de la trentaine, a finalement été acquitté le 14 mars 2014, faute de preuves, rapporte Le Devoir.

Il a raconté son histoire devant la Commission Viens sur les relations entre les autochtones et certains services publics.

Son histoire a commencé en septembre 2012. À chaque fois qu’il était convoqué, les auditions étaient sans cesse reportées pour des problèmes de visioconférence ou parce que la victime ne s’était pas présentée pour témoigner. Parfois, il ignorait même les raisons pour lesquelles c’était reporté.

Son avocat ne retournait d’ailleurs pas la plupart de ses appels.

« J’ai demandé à avoir les documents de cour et je ne les ai jamais eus », a dit M. Tooktoo. « (Mon avocat) ne voulait pas me présenter (devant la cour), j’imagine que c’est parce qu’il ne voulait pas que je sois acquitté. » Après quelques mois, son premier avocat a été remplacé par un autre, rapporte Le Devoir.

Il pense avoir eu droit à un tel traitement parce qu’il est inuit.

M. Tooktoo a eu droit à une certaine empathie du commissaire Viens qui s’est dit désolée de tout ce qui lui est arrivé.

Entre 2005 et novembre 2017, M. Tooktoo a été détenu pour d’autres infractions. En 12 ans, il n’a connu que six mois de liberté au total.