Le juge Michel Bellehumeur a interdit à un cyberprédateur l’utilisation des réseaux sociaux pour 20 ans.
Le juge Michel Bellehumeur a interdit à un cyberprédateur l’utilisation des réseaux sociaux pour 20 ans.
L’honorable Michel Bellehumeur a rendu mercredi une sentence rare, en interdisant à un cyberprédateur des Laurentides l’utilisation des réseaux sociaux pour une période de 20 ans suivant ses sept ans d’emprisonnement, rapporte le Journal de Montréal.

Cette restriction découle d’une demande de la procureur de la Couronne, Me Caroline Lafleur, qui souhaitait voir l’accès à l’internet de Simon Drouin restreint. La mesure prendra fin dès la libération du détenu, indique le Code Criminel.

Le juge Bellehumeur a également déterminé que le cyberprédateur ne pourra se retrouver dans les parcs ou lieux publics ayant une potentielle présence d’enfants pendant 20 ans. De plus, il a déterminé qu’il ne pourra occuper un emploi le plaçant en situation d'autorité avec des mineurs.

Michel Bellehumeur siège à la Chambre criminelle et pénale de Montréal depuis le 26 février 2003.

L’homme de 56 ans fut élu à trois reprises pour le Bloc Québécois dans la circonscription de Berthier-Montcalm en 1993, 1997 et 2000.

Réhabilitation

« Monsieur veut faire une thérapie, il commence vraiment sa réhabilitation de façon sérieuse », a mentionné l’avocat de l’accusé, Me Marc Labelle de Labelle, Côté, Tabah et Associé au Tribunal hier, rapporte le Journal de Montréal.

L’homme de 34 ans aurait utilisé les réseaux sociaux pour amadouer plus de 70 adolescents âgés de 13 à 17 ans.

Son nom a été inscrit à vie au registre des délinquants sexuels.