Que faire quand un associé est incompétent?
Que faire quand un associé est incompétent?
À en croire un sondage mené en 2018 par les consultants américains de Altman Weil, 83 % des cabinets comptent dans leurs rangs des associés dont le rendement est faible en raison de leur manque de compétences en développement des affaires.

On pourrait penser que la solution à ce problème consisterait à leur offrir une formation adaptée, mais la situation est en réalité plus complexe. C'est ce qu'explique Tea Hoffmann, consultante spécialisée dans le secteur juridique, sur Attorney at work.

Selon elle, la plupart des cabinets se contenteraient de baisser, année après année, la rémunération de ces associés, cette solution qui dénote une certaine lâcheté.

Elle recommande plutôt aux cabinets de suivre ces cinq conseils :

1- Soignez l'embauche

Ça peut sembler évident mais le meilleur moyen d'éviter de compter des associés incompétents dans votre équipe est… de ne pas les recruter au départ.

« Les cabinets doivent examiner de près les embauches potentielles et évaluer leur capacité à établir des relations de confiance avec leurs clients actuels ainsi qu'avec leurs prospects », conseille Tea Hoffmann.

2- Ne tardez pas à former vos avocats

Commencez à enseigner tôt les bases du développement des affaires, et continuez à mettre l'accent sur ce point avec de la formation continue.

Si un avocat peu productif souhaite participer à une formation ou à un coaching en développement des affaires, dites oui! Les avantages que vous en tirerez l'emporteront sur les coûts.

3- Repérez et récompensez les succès

Mettez en place un suivi de la performance de vos avocats, quelle que soit leur ancienneté. Faites des rapports mensuels de leurs heures facturables et non facturables et faites attention à ce que le développement des affaires soit inclus dans ces dernières.

Dans la mesure du possible, organisez une rencontre en personne pour obtenir des commentaires sur des activités précises de développement des affaires.

Si vous constatez des progrès, félicitez l'avocat. La rétroaction positive procure une motivation continue. Et à la fin de l'année, prévoyez une augmentation ou une prime.

En cas d'absence d'amélioration, il sera alors temps d'aborder la question de front et de déterminer un moyen pour que l'avocat demeure au cabinet ou quitte le cabinet avec dignité.

4- Faites preuve de leadership

Les avocats peu performants viendront rarement demander de l'aide aux dirigeants du cabinet. C'est donc à vous de créer une dynamique qui ne donne pas à votre équipe la possibilité de devenir peu rentable.

En tant que dirigeant, vous avez le devoir de fournir la formation, les ressources, la rétroaction et la motivation nécessaires pour que les avocats de votre cabinet connaissent le plus de succès possible. Ne pas le faire, dès le premier jour, est un manque de leadership.