Jody Wilson-Raybould tenait une conférence de presse à Vancouver pour discuter de son avenir politique, le lundi 27 mai 2019. Photo: La Presse canadienne / Jonathan Hayward.
Jody Wilson-Raybould tenait une conférence de presse à Vancouver pour discuter de son avenir politique, le lundi 27 mai 2019. Photo: La Presse canadienne / Jonathan Hayward.
Les ex-ministres libérales Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott tenteront de se faire réélire lors des prochaines élections fédérales en tant que candidates indépendantes.

Les députées indépendantes de Vancouver-Granville, en Colombie-Britannique, et de Markham-Stouffville, en Ontario, en ont fait l’annonce lundi en conférence de presse.

Mme Wilson-Raybould, ancienne ministre de la Justice, a insisté sur son désir de sortir de la partisanerie politique et a déploré la concentration du pouvoir.

« On m'a demandé de rester en politique, de rester dans la lutte. C'est vous qui m'avez motivée à continuer de travailler pour construire un Canada plus fort », a-t-elle affirmé devant ses partisans.

Elle a plaidé pour une transparence plus accrue à Ottawa, ainsi que pour « moins de partisanerie et plus de coopération ».

L'ex-ministre libérale de la Justice de Justin Trudeau avait un temps été pressentie pour faire le saut au Parti vert, notamment en raison du fait qu’elle a assisté au mariage de sa chef, Elizabeth May, en avril dernier.

Elle a toutefois qualifié le Parti vert d'« allié nécessaire ».

Mme Wilson-Raybould ainsi que son ex-collègue libérale et amie, Jane Philipott, ont démissionné de leur poste de ministre au cours de l'hiver dans la foulée du scandale SNC-Lavalin. Elles ont ensuite été expulsées du caucus libéral par le premier ministre Trudeau le 2 avril.

Mme Philipott, qui occupe le siège de Markham-Stouffville, en Ontario, a elle aussi laissé entendre que trop de gens lui ont demandé de continuer à servir les Canadiens pour qu'elle quitte la politique de cette façon.