L’honorable Claire Desgens s’inquiète du fléau de la méthamphétamine dans son district judiciaire. Photo : Radio-Canada.
L’honorable Claire Desgens s’inquiète du fléau de la méthamphétamine dans son district judiciaire. Photo : Radio-Canada.
L’honorable Claire Desgens de la Cour du Québec s’inquiète à voix haute de la prolifération des cas de possession simple de comprimés de méthamphétamine dans son district judiciaire.

« J’espère qu’avec la légalisation du cannabis, la méthamphétamine ne l’a pas remplacé chez les jeunes », a-t-elle déclaré lundi au palais de justice de Sherbrooke, selon ce que rapporte La Tribune.

C’est que deux individus, un à la suite de l’autre, se sont reconnus coupables de huit et neuf comprimés de méthamphétamine, communément appelés speed. Ils ont été condamnés à des travaux communautaires.

« On remarque de plus en plus de cas de possession simple de méthamphétamine. Cette drogue est un poison. Les pilules sont souvent produites dans des conditions exécrables. Cette drogue met en danger la vie de plusieurs personnes », a poursuivi la juge Desgens.

La juge a raison de s’inquiéter, si on se fie aux données recueillies par le Service de police de Sherbrooke et publiées par La Tribune. Le nombre de dossiers où au moins un comprimé de méthamphétamine a été saisi est passé de 274 en 2017, à 282 en 2018 pour atteindre 275 en date du 1er septembre sur le territoire.

Le Service de police a également confirmé qu’il y a davantage de cas d’intoxication aux drogues de synthèse qu’au cannabis lors d’arrestations pour conduite avec les facultés affaiblies sur son territoire de couverture.