Photos : Shutterstock et site Web de CNBC
Photos : Shutterstock et site Web de CNBC
Selon CNBC, des technologies comme l'intelligence artificielle permettent déjà de classer, compléter et prioriser des documents sans intervention humaine. Selon la firme de consultants McKinsey, le domaine du droit est celui qui se prête le mieux à l’automatisation de certaines tâches.

Les plates formes d’intelligence artificielle sont déjà utilisées par les grands cabinets pour exécuter des tâches répétitives et prévisibles ainsi que pour traduire et classer des documents.

Mais les experts de McKinsey prévoient également que les prochaines percées technologiques seront plus lentes car elles s'attaquent à des tâches qualitatives plutôt qu’à des tâches quantitatives.

Selon McKinsey, cette automatisation des tâches est une bonne nouvelle pour les avocats. Elle les libère des tâches routinières et leur permet de se consacrer à des activités à plus forte valeur ajoutée.

Selon Inside Légal, les firmes nord américaines ont investi en 2019 5 % de leurs revenus en technologies, soit 5 000 $ US par avocat à leur emploi. Et selon le magazine Forbes, en 2019, les firmes de capital de risque américaines ont investi à la hauteur de 399 millions de dollars US dans des entreprises en démarrage dédiées aux technologies juridiques.