Dominique Tardif commente la situation. Photos : Shutterstock et site Web de ZSA
Dominique Tardif commente la situation. Photos : Shutterstock et site Web de ZSA
Alors que tous les cabinets s’échinent à organiser le travail à la maison pour tous leurs employés, il devient de plus en plus ardu de trouver l’outil principal du télétravail : l’ordinateur portable.

« Il n’y en a plus, ou alors pas dans les grands centres, ou il y a des délais, déplore Me Dominique Tardif, présidente de la firme de recrutement juridique ZSA. Je le sais parce que nous on a été chanceux, mais ça a été compliqué! »

Effectivement, trouver une centaine d’ordinateurs portables, c’est compliqué quand toutes les entreprises en cherchent aussi. Le gouvernement du Québec lui-même a dépensé plus de 10 millions $ en ordinateurs portables depuis le 9 mars, révélait La Presse mardi.

Traiter tous les employés de façon égale face au télétravail

Le problème de trouver des ordinateurs n’est cependant pas du côté des avocats. Les juristes sont souvent équipés pour travailler à distance.

Non, le problème, ce sont les autres employés des cabinets, qui n’ont peut-être pas le nécessaire pour travailler de la maison ou qui ont accès dans le cadre de leur travail à des documents trop sensibles pour utiliser leur ordinateur personnel.

« Si nos assistantes n’ont pas de laptop, qu’est-ce qu’on fait? s’interroge Me Tardif. On ne peut pas les garder au bureau, elles, et envoyer nos avocats chez eux! Quand tu veux dire à tout le monde qu'ils peuvent aller en télétravail, il faut que tu le dises, mais que tu sois capable de le faire pour tout le monde! »

Les cabinets ne sont pas au bout de leurs peines. Même lorsqu’ils ont été visionnaires et qu’ils ont passé la commande d’ordinateurs portables à temps, l’opération ne s’arrête pas là : il faut configurer les appareils, et ça prend du temps et des spécialistes en TI.

« Configurer un ordinateur pour travailler à distance, avoir accès aux banques de données avec la sécurité qui est nécessaire, ça prend du temps, souligne Me Tardif. Tu n’as pas 100 personnes en TI qui peuvent configurer 100 personnes en même temps! Juste ça, ça encourt des délais. »

Des délais qui vont malheureusement avoir un impact sur beaucoup de pratiques au Québec.

Un cabinet a toutefois trouvé une astuce pour contourner le problème. Chez Langlois Avocats, les adjointes ont pu déménager chez elles leur ordinateur du bureau - des mini tours dans la plupart des cas -, avec tous les logiciels déjà configurés.

Brillant!