Dominique Tardif est Présidente de ZSA Québec - Recruteur / Chasseur de têtes, avocats & notaires
Dominique Tardif est Présidente de ZSA Québec - Recruteur / Chasseur de têtes, avocats & notaires
Vous vous en doutez bien, les choses ont bien changé pour tout le monde ces dernières semaines, et le recrutement n’y fait pas exception…!

Cela dit, les opportunités demeurent, rassurez-vous.

Il est vrai que les recrutements pour les postes non-urgents sont parfois mis en suspens actuellement, alors que d’autres sont tout simplement éliminés. On repousse à plus tard, en d’autres mots, et on se montre prudents avant de « vider nos poches ».

On peut évidemment comprendre qu’il est difficile pour une entreprise de faire bonne figure auprès de ses employés en procédant d’une main à des mises à pied temporaires, des licenciements permanents ou des réductions salariales et, de l’autre, en finalisant des embauches ou même en démarrant de nouveaux processus de recrutement…

D’autres employeurs préfèrent jouer de prudence et voir comment l’économie évoluera à terme : rien ne sert effectivement de se précipiter pour embaucher quelqu’un pour assouvir ses besoins en transactionnel si l’entreprise ou le cabinet anticipe une récession et, par ricochet, un moins grand nombre d’acquisitions à court terme.

Des recrutements malgré tout

Il n’empêche que tout n’est pas noir dans le merveilleux monde du recrutement.

En effet, la majorité des processus de recrutement qu’on peut qualifier de stratégiques continuent d’avoir cours, avec des entrevues qui se déroulent désormais par vidéoconférence.

C’est aussi le cas des processus de recrutement commencés avant la crise. On entend - sauf exception - terminer ce qu’on a commencé; l’associé qui nous intéressait nous intéresse toujours.

Dans les cas où un gel d’embauche temporaire a été déclaré, on nous demande bien souvent de poursuivre le travail d’identification des candidats qualifiés, sachant que les entrevues reprendront dès le gel levé, et avec un processus qui devra alors se faire à la vitesse de l’éclair.

Les postes de remplacement de congé de maternité, qui n’impliquent pas d’engagement financier à long terme pour l’employeur et qui, pour des raisons évidentes, n’ont pas une date d’entrée en fonction flexible, sont aussi du lot.

Enfin, les processus pour des postes où l’avocat travaillera au sein d’une petite équipe sont aussi généralement maintenus, comme la présence à bord du candidat est non seulement essentielle mais est aussi souvent le gage d’une meilleure gestion et d’un meilleur contrôle des coûts externes.

Pour vous en droit du travail & de l’emploi, les options sont plutôt nombreuses actuellement, sans surprise, alors que les équipes de faillite / insolvabilité et de financement, un peu partout en ville, sont à pied d’œuvre et le seront pour longtemps…

Sur ce, bonne semaine!

Sur l’auteure

À titre de Présidente, ZSA Québec - Recruteur / Chasseur de têtes, avocats & notaires, Dominique Tardif est en charge des activités de recrutement de ZSA pour la province de Québec, et intervient aussi au niveau national quant à l’orientation stratégique de l’entreprise.