Selon plusieurs sources, les deux cabinets auraient entamé des pourparlers pour se regrouper. En fait, les discussions seraient tellement avancées que le « deal » serait quasiment conclu.

S’il devait y avoir fusion, le nouveau cabinet serait composé d’un peu plus de 80 avocats, ce qui en ferait un des importants cabinets de taille moyenne au Québec.

Ce n’est pas d’hier que ces deux firmes tentent de se rapprocher d’un ou plusieurs rivaux. Lapointe, notamment, avait sérieusement discuté il y a quelques années avec les dirigeants de Desjardins Ducharme, et plus récemment avec Langlois Kronström Desjardins. Sans succès.

Quant à MMF, il semble que les discussions avec Bélanger Sauvé aient achoppé, ce qui explique ce soudain rapprochement avec Lapointe.

Est-ce un bon « fit », pour reprendre l’expression à la mode?

Pour Lapointe, cela fait un bail que le cabinet tente un mariage avec un rival francophone.

Pour MMF, malgré les efforts des dernières années de développer le droit des affaires, le cabinet est encore perçu comme un bureau spécialisé en droit des assurances.

En s’épousant mutuellement, les deux cabinets espèrent donc combler leurs lacunes respectives.

Seul questionnement : l’âge. Chez Lapointe, la grande majorité des associés ont la cinquantaine et plus, alors qu’ils sont beaucoup plus jeune chez MMF.

Cela causera-t-il des frictions?