Me Philippe Colivas représentait le franchiseur. Photo : LinkedIn
Me Philippe Colivas représentait le franchiseur. Photo : LinkedIn
Un franchisé de la Casa Grecque à Granby a gagné en Cour supérieure contre son franchiseur et pourra vendre de l’alcool à ses clients. La Casa Grecque était jusqu’alors strictement « apportez votre vin ».

À sa réouverture suite au déconfinement, la Casa Grecque de Granby a décidé d’ouvrir un espace bar et de vendre de l’alcool et du vin à ses clients pour assurer sa survie financière. Les clients ne pouvaient donc plus apporter leur vin au restaurant, une décision qui allait contre l’entente avec le franchiseur, selon ce dernier.

Le franchisé, Nikolaos Rothos, a fait valoir en cour que selon l’entente verbale avec le franchiseur de la Casa Grecque, qui n’a jamais été mise sur papier, son restaurant allait être un Casa Grecque de type « 2.0 » et qu’il pouvait en faire grosso modo tout ce qu’il voulait. M. Rothos a ainsi instauré des brunchs du dimanche et un bar à salade, contrairement aux autres Casas Grecques.

Me Sebastian L. Pyzik et son stagiaire d’alors Marc-Antoine Côté représentaient M. Rothos. Photos : Site Web de Woods
Me Sebastian L. Pyzik et son stagiaire d’alors Marc-Antoine Côté représentaient M. Rothos. Photos : Site Web de Woods
À la suite d’un échange de courriels entre le M. Rothos et le franchiseur, lors duquel M. Rothos annonçait son intention de vendre du vin à ses clients, le franchiseur a intenté une procédure d’injonction le 9 juin dernier.

Selon lui, la Casa Grecque souffrira de dommages irréparables si la franchise de Granby cesse d’être « apportez votre vin » comme les autres.

Le franchiseur était représenté par Me Philippe Colivas dans cette affaire, et M. Rothos par Me Sebastian L. Pyzik et son stagiaire d’alors Marc-Antoine Côté, tous deux de Woods. Me Côté a depuis été embauché à titre d’avocat par le cabinet.

Le juge Thomas M. Davis a conclu le 17 juillet dernier que la Casa Grecque de Granby pouvait aller de l’avant avec son plan de vente d’alcool, tout en soulignant qu’il courrait le risque de perdre la marque de commerce Casa Grecque… mais que ce n’était pas à la Cour d’en décider.