Cassy Bernier. Photo : Site Web de KSA Avocats
Cassy Bernier. Photo : Site Web de KSA Avocats
Que ce soit parce que les Québécois aient peur de mourir, en raison de la COVID-19, ou bien parce qu’ils aient eu davantage de temps à consacrer à ce type de documents importants, les notaires remarquent de 30 à 45 % plus de demandes de testament, depuis le printemps.

C’est ce que rapporte le Journal de Montréal, qui a sondé plusieurs notaires.

« On a beaucoup d'enfants qui appellent pour leurs parents. Mais aussi, des gens qui ont peur du contexte », a affirmé au Journal de Montréal la notaire Cassy Bernier, qui oeuvre au sein de KSA Avocats, à Trois-Rivières.

Actuellement, une personne sur deux n’a pas de testament au Québec. La crise sanitaire fera peut-être monter cette proportion, espère François Bibeau, directeur général de l'Association professionnelle des notaires du Québec.

« L'importance de faire son testament, c'est de choisir soi-même comment les choses vont se passer après votre décès, rappelle-t-il. Si vous ne le faites pas, c'est le gouvernement qui s’en chargera. »