Éric Salvail faisait face à des accusations d'agression sexuelle, de séquestration et de harcèlement. Photos : Radio-Canada
Éric Salvail faisait face à des accusations d'agression sexuelle, de séquestration et de harcèlement. Photos : Radio-Canada
Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a décidé de ne pas porter en appel les acquittements de Gilbert Rozon et d’Éric Salvail, tous deux accusés d’agression sexuelle dans des affaires distinctes.

Dans deux tweets différents, le DPCP a utilisé les mêmes termes pour justifier sa décision de ne pas porter les verdicts en appel : « ce jugement repose essentiellement sur l’appréciation de la preuve et, compte tenu des règles de droit applicables, le poursuivant ne peut en appeler pour une question de fait », a écrit la porte-parole de la DPCP, Me Audrey Roy-Cloutier.



L'ex-animateur Éric Salvail a été acquitté des accusations d'agression sexuelle, de séquestration et de harcèlement le 18 décembre dernier. Le juge a déterminé que la preuve ainsi que le témoignage de la présumée victime, Donald Duguay, ne permettaient pas de démontrer hors de tout doute raisonnable la culpabilité de l'accusé.

Trois jours plus tôt, le fondateur de Juste pour rire, Gilbert Rozon a, lui aussi, été acquitté des accusations de viol et d'attentat à la pudeur portées contre lui par la plaignante Annick Charette. Dans son cas, la juge Mélanie Hébert a également fait valoir « le doute raisonnable » au profit de l'accusé.