Le juge en chef de la Cour supérieure du Québec Jacques R. Fournier. Photo : Archives
Le juge en chef de la Cour supérieure du Québec Jacques R. Fournier. Photo : Archives
Le juge en chef de la Cour supérieure du Québec, Jacques R. Fournier, ne peut plus le nier.

Il aurait bel et bien dû consulter le commissaire à la magistrature fédérale avant d'accepter de participer à un voyage en Chine.

« (...) Le juge en chef Fournier n’a pas pris les mesures permettant de se prémunir contre d’éventuelles critiques concernant la participation de la magistrature à une activité internationale dans un pays dont les relations avec le Canada font l’objet d’une certaine controverse », a indiqué le Conseil canadien de la magistrature par voie de communiqué.

Le voyage en question est survenu à l’été 2019. Le juge en chef Fournier a séjourné à Pékin pendant une semaine, à l’invitation de l’Université de Montréal, dans le cadre de l’un de ses programmes de formation.

L’affaire a été examinée par Glenn D. Joyal, juge en chef de la Cour du Banc de la Reine du Manitoba. Au terme de l’examen du magistrat, le Conseil a déterminé qu’il n’est pas nécessaire de sanctionner M. Fournier.

Le juge en chef Fournier a toutefois confirmé qu’il s’est renseigné sur la Politique du Conseil sur les activités internationales de la magistrature.