La photo de Hadiya Roderique a été utilisée sans autorisation par La Baie. Source : Offerte par Hadiya Roderique / Radio-Canada
La photo de Hadiya Roderique a été utilisée sans autorisation par La Baie. Source : Offerte par Hadiya Roderique / Radio-Canada
La Compagnie de la Baie d'Hudson présente ses excuses après avoir utilisé la photo d'une avocate noire de Toronto comme l'un des visages d'une campagne de collecte de fonds pour les Autochtones, les Noirs et les personnes de couleur, sans avoir demandé son autorisation ni celle du photographe original.

Hadiya Roderique, qui milite en faveur de l'équité, de la diversité et de l'inclusion, ainsi que contre le racisme anti-Noirs, s'est exprimée sur Twitter lorsqu'une amie, qui s'est rendue dans l'un des grands magasins de La Baie au cours du week-end, a remarqué son visage sur un panneau sollicitant des dons pour l'initiative « Charter for Change » de l'entreprise.

« Elle m’a dit : "Je ne savais pas que tu travaillais pour La Baie" », a déclaré Mme Roderique à CBC News. Ce n'était évidemment pas le cas.

La photo a été prise à l'origine par Luis Mora pour un article rédigé par Mme Roderique pour le Globe and Mail, intitulé Black on Bay Street (« Noire sur la rue Bay », traduction libre), dans lequel Mme Roderique parlait de son travail en droit en tant que femme noire, de son intégration et des obstacles qu'elle rencontrait.


Source : Hadiya Roderique / Twitter

« Le fait que cette photo ait été utilisée sans mon consentement, sans ma permission et, d'après ce que je comprends, sans le consentement ou la permission du photographe non plus, m'a semblé particulièrement problématique », a-t-elle déclaré.

Lancée en mai de cette année, la campagne « Charter for Change » a été présentée comme une « plateforme d'impact social » destinée à mettre à jour la charte de la compagnie, accordée pour la première fois par les Britanniques en 1670, qui lui conférait un monopole commercial exclusif sur le bassin hydrographique de la baie d'Hudson.

La société a déclaré plus tôt cette année qu'elle donnerait 30 millions de dollars sur 10 ans à des organisations « qui travaillent à faire progresser l'équité et l'inclusion raciales, par (...) l'éducation, l'emploi et l'autonomisation ».

L'entreprise affirme que l'image a été utilisée « par erreur ».

Elle provenait du « site web d'un photographe utilisé comme inspiration lors de l'élaboration de la campagne », a déclaré la porte-parole Tiffany Bourre dans un communiqué.

« Cependant, (notre maquette) n'a jamais été mise à jour, comme cela était prévu, pour refléter l'un des Canadiens participants à la campagne de la Charte de la Baie d'Hudson pour le changement. Nous regrettons profondément cette erreur. »

Mme Roderique dit qu'on lui a assuré que l'entreprise travaille à retirer sa photo de ses magasins et que cela demeure sa principale préoccupation.

Dans une déclaration à CBC News, l'agence de photographie représentant Luis Mora, KZM Agency, a déclaré qu'elle n'avait pas vendu la photo à La Baie ni donné la permission de l'utiliser, et qu'elle ignorait qu'elle avait été utilisée par l'entreprise avant d'être contactée par CBC News.

Une partie de sa mission consiste à donner du pouvoir aux artistes marginalisés et à « les protéger des abus dans le monde de la photographie et de l'imagerie », a déclaré la fondatrice de l'agence, Kathi Ziolkowski.

Akwasi Owusu-Bempah, professeur adjoint de sociologie à l'Université de Toronto, dit avoir travaillé avec des organisations publiques et privées et avoir constaté « beaucoup d'apprentissage » lorsqu'il s'agit de se rapprocher de communautés diverses. Mais en même temps, « beaucoup d'erreurs sont commises ».

La représentation, l'inclusion et l'autonomisation « doivent se faire avec ces parties ».

« Dans ce cas, il y a eu une reconnaissance qu'une erreur a été faite. Je pense qu'il est important que La Baie démontre comment elle va rectifier cette erreur. »

Pour sa part, Mme Roderique dit qu'elle aimerait peut-être voir La Baie faire une contribution financière à une organisation noire ou autochtone, mais qu'elle réfléchit encore à ses prochaines démarches.

« Quand j'ai parlé à La Baie, ils n'ont pas mâché leurs mots et ont dit que c'était complètement leur erreur. C'est un bon premier pas », dit-elle.

Pourtant, dit-elle, c'est une erreur qui n'aurait jamais dû se produire.

« Cela se produit très souvent lorsqu'il s'agit de créations noires, de créations autochtones, de créations d'autres personnes de couleur - leurs mots, leurs idées, leurs pensées, leurs images sont utilisés par d'autres... sans que le créateur original soit vraiment mentionné », a-t-elle déclaré.

« Surtout lorsque vous faites des choses de cette nature, lorsque vous utilisez les images de personnes de couleur pour essayer de solliciter des fonds pour la lutte contre le racisme et d'autres projets liés aux personnes de couleur, vous devez vous assurer que vous leur attribuez le crédit et que vous créditez leur travail et que vous vous assurez que les gens sont rémunérés. »

Avec les informations de CBC News