La charge de travail administratif des avocats inquiète les cabinets... Source : Shutterstock
La charge de travail administratif des avocats inquiète les cabinets... Source : Shutterstock
Le travail hybride fait rêver nombre d’avocats, mais il peut susciter des problématiques au moment de facturer.

Le fait de travailler depuis la maison pourrait pousser les avocats à réaliser davantage de tâches qu’au bureau.

Cela pourrait notamment les conduire à prendre en charge davantage de tâches administratives qui, au bureau, seraient effectuées par le personnel de soutien, relève un rapport de la firme BigHand, spécialisée dans les logiciels de flux de travaux.

Or, la charge de travail administratif pourrait bien continuer de peser sur les avocats.

En effet, des cabinets d’avocats ont supprimé des postes administratifs lors de la première année de la pandémie.

Et de nombreux employés de soutien prendront leur retraite dans les cinq prochaines années, pointe le rapport qui compile des réponses provenant de 1 000 professionnels issus de cabinets d’Amérique du nord, du Royaume-Uni et d’Asie.

Mais cette charge administrative de plus en plus lourde inquiète les cabinets. Et il sera difficile d’inverser cette tendance. Il est déjà difficile d’apprendre à un jeune avocat à déléguer des travaux de photocopie… Il ne peut donc qu’être encore plus ardu de les convaincre de confier des tâches administratives à un employé administratif qui n’est pas dans le même endroit qu’eux.

Or, la conséquence de cette surcharge administrative est claire: 52% des cabinets ont indiqué que le nombre d’heures facturables a diminué ou stagné.

Une autre conséquence négative est que le client peut percevoir un manque d’efficacité de la part de l’avocat, accaparé par ses tâches administratives.