Me Michel Jolin. Source: Site web de Langlois
Me Michel Jolin. Source: Site web de Langlois
Lors de la rentrée judiciaire virtuelle 2021 du Barreau de Québec, Me Michel Jolin du cabinet Langlois Avocat a reçu la Médaille du Conseil du Barreau de Québec qui souligne ses 50 ans de pratique à titre d’avocat.

« C’est agréable et un honneur que le Barreau ait souligné mes 50 ans de pratique », nous a-t-il confié.

Associé chez Langlois Avocats depuis 1988, il pratique en litige civil et en droit administratif.

« Michel est non seulement l’un des piliers de notre cabinet, mais aussi de la communauté juridique québécoise. Ses nombreuses contributions participent depuis plusieurs années au développement et à l’épanouissement de la profession. C’est un honneur et un privilège de pouvoir le compter parmi nous », a déclaré Me Jean-François Gagnon, chef de la direction chez Langlois Avocats.

Ses dossiers portent sur des litiges impliquant le droit constitutionnel, la Charte des droits et libertés, le droit civil, le droit commercial, les valeurs mobilières, les ressources naturelles, le droit médical et le droit disciplinaire.

Avant de rejoindre le cabinet, il a acquis de l’expérience en travaillant comme avocat et directeur des plaideurs au ministère de la Justice du Québec. Après avoir agi en tant que vice-président du Barreau du Québec de 1986 à 1987, il a été élu bâtonnier général du Québec de 1987 à 1988.

« La qualité professionnelle du cabinet était déjà reconnue à l’époque et j’avais développé une pratique assez importante en droit administratif au Gouvernement du Québec. Ce bureau m'a offert l’opportunité de continuer à pratiquer en droit public et administratif. C’est ce que j’ai fait durant toutes ces années », a expliqué Me Jolin lors d’une entrevue avec Droit-inc.

Un plaideur expérimenté

Membre du Barreau du Québec depuis 1971, l’avocat est reconnu pour avoir plaidé devant tous les niveaux d’instance judiciaires incluant la Cour suprême du Canada.

L’un de ses plus gros dossiers a été celui de la Commission Krever lorsqu’il a représenté le gouvernement du Québec dans les années 80 et 90.

« C’est le dossier le plus difficile et le plus tragique que j’ai eu à traiter car beaucoup de Québécois ont été victimes de la distribution de sang contaminé par la Croix-Rouge. C’est une véritable tragédie et j’ai œuvré pour le Gouvernement pendant toute la durée de cette enquête. J’ai été témoin de témoignages épouvantables », s’est-il rappelé.

Diplômé de l’Université Laval en 1970, l’avocat a toujours été actif dans la communauté académique et juridique. En plus de participer à des conférences et des séminaires, il a été chargé de cours à l’Université de Montréal, à l’Université Laval, à l’Université de Moncton et à l’École du Barreau. Il est également coauteur d’un traité sur les techniques de plaidoiries.

Une pratique qui s’est développée au cours du temps

Au cours de sa carrière, Me Jolin a été témoin de plusieurs changements notamment avec l’arrivée des technologies. De plus, durant ces deux dernières années, les tribunaux ont dû s'adapter à la pandémie sanitaire et les audiences se déroulent maintenant virtuellement.

« Quand j’ai commencé à pratiquer, on utilisait le fax et aujourd’hui, on ne l’utilise plus. Grâce aux changements technologiques, la pratique du droit est complètement différente. Je ne crois pas que nous reviendrons en arrière et il y aura d’autres changements dans les prochaines années », a souligné l’avocat.

L’avocat ne souhaite pas prendre sa retraite de sitôt et continue à travailler avec toujours autant de passion.

« J’aime ce que je fais. Ma pratique est plus différente qu’au début. Je suis plus sélectif et la pression a changé. Je suis extrêmement bien traité par mon cabinet qui m'apprécie. Je suis à l’aise et heureux de travailler à mon rythme. Je ne pense pas arrêter tout de suite, même si je sais qu’un jour je vais devoir accrocher mon rabat. »