John d’Arcy Asselin. Source: Dignity Memorial
John d’Arcy Asselin. Source: Dignity Memorial
John d’Arcy Asselin s’est éteint à l’âge de 92 ans.

Il a été juge à la Cour du Québec, chambre criminelle et pénale, district de Montréal, de 1977 à 1999.

John d’Arcy Asselin avait été nommé coroner spécial dans l’affaire des Hell’s Angels dans les années 1980. Il avait été chargé d’enquêter sur six assassinats de membres des Hell’s Angels. Les cinq motards accusés des meurtres avaient obtenu que John d’Arcy Asselin soit retiré de leur dossier, par le juge Pierre Pinard de la Cour supérieure. Les avocats des accusés avaient réussi à mettre en doute l’impartialité du coroner, qui avait émis les mandats d’arrêt avant de prêter serment comme coroner.

En 1990, à la Cour du Québec, John d’Arcy Asselin avait jugé Michel Chrétien, le fils de Jean Chrétien, accusé d'agression sexuelle. Le juge avait condamné le jeune homme âgé alors de 21 ans à trois ans d’emprisonnement.

En 1993, le juge John d’Arcy Asselin avait entendu l’affaire Leonardo Paccione, surnommé Dino la Terreur. Ce paraplégique semait la terreur à l’hôpital Notre-Dame-de-la-Merci, dans le nord de Montréal. Leonardo Paccione avait préalablement été reconnu coupable de dix chefs d'accusation de menaces et de voies de fait sur le personnel infirmier.

Le juge John d’Arcy Asselin devait décider de faire emprisonner, ou non, Dino la Terreur. La Couronne réclamait un emprisonnement de quelques mois… mais aucune prison n’était équipée pour accueillir un détenu incapable de se lever, de se laver, ni de manger sans assistance. Finalement, le juge condamna Dino la Terreur à quatre mois de prison.

John d’Arcy Asselin était aussi membre du Laïcat dominicain de la Fraternité St-Albert-le-Grand de Montréal.

Sur la page de condoléances, plusieurs proches et amis rendent hommage à l’ancien juge. « D’Arcy était un confrère au Barreau de Québec, un frère d’armes au Royal Rifles of Canada, un ami de ma famille et, surtout, le parrain de ma fille Daniele à qui j’ai appris son décès », salue Louis Rémillard.