Le juge Yannick Couture, Louis-Philippe Lampron, Antoine Pellerin et Julie Desrosiers, trois professeurs de l’Université Laval, et Benjamin Bolduc de la firme Tremblay Bois Mignault Lemay.
Le juge Yannick Couture, Louis-Philippe Lampron, Antoine Pellerin et Julie Desrosiers, trois professeurs de l’Université Laval, et Benjamin Bolduc de la firme Tremblay Bois Mignault Lemay.
Un nouvel acte commence dans un dossier judiciaire, qui, jusqu’à présent, fait grand bruit. Les théâtres Premier Acte, La Bordée et du Trident se tournent vers les Tribunaux pour faire reconnaître comme un geste d’expression artistique l’action de fumer sur scène.

Ils se disent aussi inquiets du danger que représente selon eux la judiciarisation de la liberté artistique. Ils sont représentés par Louis-Philippe Lampron, Antoine Pellerin et Julie Desrosiers, trois professeurs de l’Université Laval, accompagnés par Benjamin Bolduc de la firme Tremblay Bois Mignault Lemay.

Rappelons que le juge Yannick Couture, de la Cour du Québec, a refusé d’invalider les trois amendes que ces théâtres ont reçues entre 2017 et 2019 pour avoir laissé un comédien ou une comédienne fumer sur les planches. Ils évoquaient le droit à la liberté d’expression et le droit à la liberté de création pour se soustraire à certains articles de la Loi concernant la lutte contre le tabagisme.

Dans sa décision, qui a indigné le milieu théâtral, le juge Couture conclut que l’action de fumer une cigarette sur scène n’est pas un geste d’expression artistique et ne peut donc être protégé par les chartes des droits et libertés.

« Pour les trois théâtres, le fait que des comédiennes et des comédiens fument sur scène pendant une représentation d’une pièce de théâtre est un choix qui relève des metteurs en scène et des auteurs. Ces choix artistiques doivent être protégés par le truchement de la liberté d’expression, enchâssée au sein des chartes canadienne et québécoise des droits et libertés », indique le communiqué de presse.

Le Conseil québécois du théâtre, Théâtres associés inc. et l’Association des diffuseurs spécialisés en théâtre affirment soutenir les trois théâtres dans le cadre de leur démarche devant la justice.