Question

Bonjour,
Je suis une avocate avec des enfants en bas âge, que j'ai eu pendant ma première job. Je cherche à changer de travail en ce moment, mais j'ai l'impression que mes charges de famille font peur aux employeurs. Est-ce que je suis paranoiaque ? Dans tous les cas, est-ce que je peux éluder la question quand elle m'est posée ?

Merci. J'adore vos chroniques.


Réponse

Chère lectrice, bien oui, malheureusement, ça peut arriver. Un employeur potentiel a ses perceptions, peurs, craintes et préjugés par rapport à la charge familiale, et par rapport à bien d’autres aspects d’une candidature. Il traîne un « bagage » professionnel et émotif qui peut très bien l’entraîner, consciemment ou non, à faire une certaine discrimination.

Ainsi, une mauvaise expérience dans le passé avec un employé peut faire en sorte qu’il généralise et hésite à embaucher quelqu’un qui présente une situation similaire. Sans avoir eu d’expérience négative en particulier, un employeur potentiel peut aussi avoir une idée préconçue par rapport à certaines choses. Que ce soit la charge familiale, habiter loin du travail, provenance universitaire, expérience en grand ou petit bureau, candidat trop vieux ou trop jeune, un employeur analysera une candidature potentielle avec ses lunettes teintées.

Quant à votre situation, que faire? Y a-t-il espoir? Permettez-moi de citer l’exemple d’une avocate que j’ai eu l’occasion de voir s’exprimer, lors d’une conférence, sur la conciliation travail-famille. L’avocate en question a fait le choix d’avoir 4 enfants ainsi que le choix d’avoir « une grosse job ». Elle disait que la famille a eu un impact direct sur sa carrière. Par contre, elle ne regrette ni l’un ni l’autre de ses choix même si ça n’a pas toujours été facile. Mais elle a réussi à faire sa place et trouver un endroit qui lui convenait.

Plus facile en entreprise

Alors bonne nouvelle, oui, il y a des employeurs qui n’auront pas peur d’une candidate (ou candidat) avec une charge de famille. Il semble cependant qu’il soit plus facile de trouver une telle place en entreprise qu’en cabinet. La profession d’avocat en entreprise s’est beaucoup « féminisée » au cours des ans et on a pu constater par expérience directe qu’il est possible de concilier avec succès travail-famille. Nous avons remarqué, de façon générale, qu’il y a de plus en plus de tels « success stories » sur le marché, et les bureaux commencent à emboîter le pas.

Que répondre quand on vous pose une question sur la famille? On peut vous poser des questions sur le sujet, en ayant un intérêt honnête, en faisant du vrai « small talk ». Par contre, ce qui peut sembler du « small talk » anodin et honnête peut en fait se révéler être une question qu’on ne peut pas poser directement en entrevue. Faites toujours attention à ce que vous dites, en entrevue et hors entrevue.

Il faut toujours répondre honnêtement à une question posée. Par contre, vous n’êtes pas obligé de vous perdre dans toutes sortes de détails qui pourraient nourrir une crainte ou une appréhension, laisser penser que votre situation constitue un réel problème, alors que ce n’est pas le cas. Perception is reality! La famille, c’est un fait, pas un problème, votre façon de répondre devrait le refléter. On répond donc à la question et on passe à autre chose.

En conclusion, que ce soit la charge familiale ou autre chose, les préjugés existent et vous allez en rencontrer tout au long de votre carrière. Au risque de me faire encore dire que c’est cliché, ne vous laissez pas abattre mais persévérez. Il y a une place pour vous qui vous attend…parfois bien cachée

Au plaisir.

Caroline Haney


La Question Carrière

Chaque semaine, tour à tour, les recruteurs juridiques Caroline Haney et Jean-François Théorêt répondent à une question posée par vous chers lecteurs.

La Question Carrière de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes du moment qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Pour participer, rien de plus simple, inscrivez votre question dans le formulaire situé ici. Et voilà, le tour est joué.