Aujourd’hui finissant, j’ai participé à plusieurs concours de débats, d’argumentation et autres événements du type depuis le début de mes études en droit, assez en tout cas pour nourrir cette première chronique sur droit-inc.com!

Les étudiants de Laval ont de nombreuses occasions pour développer leurs talents à l’art dit « oratoire », et certaines sont bien institutionnalisées. Mais c’est peut-être parce qu’il n’y a pas de compétition directe avec les autres universités, faute de proximité, qu’ils aiment se challenger entre eux.

Je pense déjà aux débats Face@Face qui existent partout, mais qui ont une saveur particulière à Laval. Les sujets sont toujours choisis pour coller à l’actualité et surtout aux polémiques.

Qu’il s’agisse de sujets techniques comme l’acquisition par Hydro-Québec de compagnies endettées hors-Québec ou bien des sujets plus légers, tel le retour de ces chers Nordiques à Québec, les débats, toujours non-juridiques, intéressent, percutent et créent un esprit de compétition féroce qui ranime la Faculté !

Chaque année, aussi, l’Association des Étudiants en Droit organise un concours oratoire qui laisse miroiter aux étudiants désireux d’y mettre l’effort des sommes intéressantes, de quoi faite naître une solide compétition, forcément de très haut calibre.

Cela chauffe aussi en assemblée !

D’autres moyens de faire entendre sa voix à Laval existent, tels que les assemblées générales où les débats d’idées sur l’avenir de la Faculté, le budget, la direction de l’association, peuvent être acerbes et mener à des altercations polies, mais tranchantes.

Ces débats sont-ils uniques à Laval ? Je ne pourrais le dire. Et d’ailleurs, ce n’est pas mon propos. Je crois en revanche que je peux dire que j’y ai fait, avec d’autres, mes classes en politique.

Je pourrais m’étendre encore un bout de temps sur d’autres plateformes de divulgation d’idées, telles que les différents galas, la troupe de théâtre et les quatre concours de plaidoirie auxquels Laval se fait toujours un devoir d’être sérieusement représentée, mais je dois m’arrêter et conclure.

Pour le faire, je dirais que Laval offre un merveilleux terrain de jeux pour ceux et celles qui veulent développer, pratiquer, ou perfectionner leur talent d’orateur.

Laval se montre ainsi propice à produire une pléthore de plaideurs de haut calibre. Peut-être plus qu’ailleurs, je me risque à avancer, sans, il est vrai, être véritablement en mesure de comparer…

Mais je vous le dis, j’apprécie la franche camaraderie émanant d’une saine compétition qui reste dans les limites du respect, alors je le dit ! Après tout, nous sommes tous québécois, au sens large, et il y a une grande fierté à voir nos talents se produire sur les planches, qu’elles soient dans un amphithéâtre ou dans un palais de justice!

Les débats Face@Face se dérouleront à McGill cette année, peut-être cela s’avérera-t-il une excellente occasion pour voir si, vraiment, notre université est un terreau aussi fertile que je le crois pour produire des as de l’argumentation.

Que le meilleur gagne !


Profil étudiant

Alexandre Vanasse est finissant en droit et après 4 ans à la Faculté de droit de l'Université Laval, c'est bien le temps! Entre les cours, il apprécie le théâtre, où il s'amuse à faire de la mise-en-scène, et s'implique dans différents comités, tels Avocats sans Frontières, le Verdict (Journal Étudiant) et les quelques concours oratoires et concours de plaidoirie qui existent, où il aura pu apprendre toute sorte de choses, utiles ou inutiles. Futur stagiaire chez Lavery, à Québec, il hésite encore entre le droit commercial et l'écriture... l'une de ces deux activités lui semblant plus réaliste que l'autre.


Image