Source: Shutterstock
Source: Shutterstock
La récente fuite qui a provoqué le report des examens d’admission au Barreau de l’Ontario, au début du mois, serait-elle la pointe de l’iceberg?

C’est ce que tente d’évaluer l’ordre professionnel, alors que des candidats ont révélé au quotidien Toronto Star avoir été approchés par des tiers leur offrant de les aider à préparer l’examen. Pour 1 000 dollars, une des sources du Star se serait vu eoffrir des « questions et des réponses inédites » à l’examen. L’offre provenait d’une personne disant faire partie du comité national d’accréditation de la Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada.

Début mars, le Barreau de l’Ontario annulait les examens d’accès à la profession parce que des candidats auraient eu accès au contenu d’avance. « Des preuves indiquent l'implication potentielle de tiers dans cette activité », précise le Barreau.

Les activités de plusieurs sites web proposant dissertation et questions d’examens sont bien documentées, et posent de sérieux problèmes aux universités voulant lutter contre le plagiat et la triche sur commande, une activité connue en anglais sous le vocable de contract cheating.

Une enquête a été lancée pour tenter d’évaluer si le système d’administration de l’examen a été compromis, et le nombre d’étudiants qui auraient voulu en profiter.

Il y a plus : le Star indique que les enquêteurs cherche également des preuves que certains avocats ontariens déjà titulaires d'un permis ont pu tricher à leurs examens, déplacés en ligne en raison de la pandémie en juin 2020.

La valeur de cette industrie est estimée à 15 milliards $US, selon les experts consultés par le quotidien torontois.

Aux États-Unis, ou la triche aux examens d’admission aux barreaux est bien documentée, plusieurs sites vendent des clés de décryption des formulaires d’examen administrés en ligne en raison de la pandémie. Ces clés sont vendues 100 dollars.

Plusieurs barreaux, dont celui de la Californie et de New York, utilisent d’ailleurs des algorithmes afin de surveiller les candidats pendant l’examen. Mais cela n’est pas sans problème, alors que plus du tiers des candidats à l’examen d’admission, en 2020 en Californie, ont été identifié par le système comme des tricheurs potentiels…