Me Fredy Adams et logo de Toyota Canada Source: Site de Adams Avocats et site de Toyota Canada
Me Fredy Adams et logo de Toyota Canada Source: Site de Adams Avocats et site de Toyota Canada
Constantin Sultana a déposé le 19 mai dernier une demande d’action collective contre Toyota Canada. Ce dernier espère obtenir des compensations monétaires pour les personnes qui ont loué ou acheté un véhicule RAV4 hybride et Prime fabriqués entre 2019 et 2022.

Le demandeur, qui est représenté par Fredy Adams, d’Adams Avocat, estime que ces véhicules sont atteints par un vice de fabrication qui cause de la corrosion prématurée au câblage du système hybride.

La garantie de ce câblage est de trois ans ou de 60 000 km, contrairement à la garantie du système hybride qui est de huit ans ou de 160 000 km. M. Sultana demande à Toyota Canada de rembourser les frais de remplacement du câblage ainsi que de prolonger la garantie au même niveau que le reste du système.

Constantin Sultina, qui aurait appris à la radio et dans les journaux que d’autres automobilistes étaient confrontés au même problème que lui, reproche ainsi à Toyota d’avoir mis sur le marché des voitures affectées de « vices cachés », le câblage à haute tension du système hybride s’usant et se corrodant prématurément.

Il croit aussi que le constructeur automobile japonais était au courant du problème au moment de la commercialisation des véhicules, tant il semble être répandu.

« Pour toutes ces raisons, le demandeur demande des dommages-intérêts punitifs de 300$ pour chaque consommateur qui a eu à payer, complètement ou partiellement, pour la réparation de son véhicule ou qui s’est vu refusé une réclamation pour le remplacement d’un câble défectueux », poursuit la demande d’action collective.

Contactés par Droit-Inc, Me Adams et Toyota Canada n'avaient pas répondu à notre demande d’entretien au moment d’écrire ces lignes.