Un des juges ayant présidé des audiences concernant des organisateurs du convoi des camionneurs à Ottawa a été la cible de menaces, selon des informations obtenues par Radio-Canada.

Ces menaces ont été considérées comme suffisamment sérieuses pour nécessiter l'intervention de la police.

Le juge en question a confirmé à Radio-Canada que des supporteurs du convoi en provenance du Canada et des États-Unis lui avaient envoyé plusieurs messages d'insultes. Or, le message qui a fait réagir la police s'en prenait à son intégrité physique, a-t-il dit.

Nous avons accepté de taire l'identité du juge afin de protéger sa sécurité et celle de sa famille.

« Je me suis demandé : “Est-ce que je devrais dire à mes enfants de ne plus venir à la maison pendant un bout?” », souligne le juge qui a fait l'objet de menaces

« J'ai changé mon système d'alarme. On m'a conseillé de ne pas emprunter le même trajet tous les jours », a dit le juge. « Tu te sens vulnérable dans ta maison, chez vous. » Pour l'instant, il n'y a pas eu d'accusations dans ce dossier et on ne sait pas si l'enquête se poursuit.

Le juge est d'avis que la majorité des Canadiens respecte l'institution des tribunaux et de la justice, mais qu'une minorité bruyante cherche maintenant à la déstabiliser.

« C'est de l'intimidation. C’est d’essayer d'influencer la décision d'un tribunal et c'est grave », poursuit le juge.

Le très honorable Richard Wagner, C.P., juge en chef du Canada. Source: www.scc-csc.ca
Le très honorable Richard Wagner, C.P., juge en chef du Canada. Source: www.scc-csc.ca
Le juge en chef de la Cour suprême du Canada, Richard Wagner, a exprimé des inquiétudes semblables lors d'un discours récent.

« La pandémie a forcé de nombreuses personnes à “vivre” en ligne pendant les confinements. Et c’est dans de tels moments que les mensonges et les complots se propagent comme une traînée de poudre », a affirmé le juge Wagner le 9 juin dernier.

« Comme nous l’avons vu un peu partout dans le monde, la désinformation constitue une véritable menace pour les institutions démocratiques », a-t-il dit.

Selon le juge Wagner, les manifestations qui ont eu lieu à Ottawa cet hiver sont en partie attribuables à cette désinformation. Il a incité les acteurs de la société à « informer, instruire et éduquer leurs concitoyens ».

D'autres juges menacés?

Le ministère du Procureur général de l'Ontario n'a pas voulu dire si d'autres juges avaient aussi reçu des menaces de la part de supporteurs du convoi des camionneurs.

« Il serait inapproprié pour le ministère de commenter une enquête policière potentielle ou en cours », a répondu en anglais Brian Gray, porte-parole du ministère, dans un courriel en réponse à nos questions.

Il a ajouté que le ministère « prend très au sérieux la sécurité des tribunaux et la sécurité de tous ceux qui se trouvent dans nos palais de justice, y compris le personnel, la magistrature et le public. En Ontario, la sécurité des tribunaux est assurée par les services de police locaux ou par la Police provinciale de l'Ontario afin d'assurer le niveau de protection le plus élevé ».

La Cour de justice de l'Ontario et la Cour supérieure de justice de l'Ontario se sont quant à elles refusées à tout commentaire, affirmant qu'il est « inapproprié » pour la cour de commenter cette affaire.